Publicité

Ce mannequin généré par l’intelligence artificielle est le pire cauchemar des influenceurs

Une agence de mannequin a créé une influenceuse IA si parfaite qu’un acteur est venu tenter sa chance en DM.

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE - Aitana a 25 ans, elle aime les jeux vidéo et le fitness, et gagne jusqu’à 10 000 euros par mois en étant mannequin. Mais surtout… Elle n’existe pas. C’est une agence basée à Barcelone, The Clueless, qui l’a créée avec un objectif bien précis en tête : se débarrasser des influenceurs.

Grâce à Aitana, « nous ne dépendons pas des gens qui ont des égos, des manies, ou qui veulent juste se faire plein d’argent en tapant la pose », explique à Euronews le fondateur de l’agence, Rubén Cruz. Lassé d’annuler ou de retarder des projets à cause d’influenceurs, Rubén s’est servi de l’intelligence artificielle pour concevoir le mannequin parfait, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus : une jeune femme aux cheveux roses incapable d’être capricieuse.

Une sexualisation de la mannequin assumée

Tous les deux jours, l’équipe de The Clueless poste une photo d’Aitana pour alimenter son profil Instagram. En story, elle boit son smoothie préféré et va à des concerts. Et s’il est bien précisé dans sa biographie qu’elle est générée par une IA, certains n’y voient que du feu : un célèbre acteur latino-américain aurait déjà essayé de la draguer en message privé.

Le profil d’Aitana semble aussi plaire aux marques, puisqu’elle est devenue l’égérie de Big, une marque espagnole de compléments alimentaires pour le sport. D’après Euronews, les revenus mensuels générés par Aitana se situent entre 3000 et 10 000 euros. Ses créateurs l’ont aussi inscrite sur Fanvue, la plateforme rivale d’OnlyFans... Une sexualisation qu’ils justifient en expliquant que s’ils ne suivent pas cette esthétique, « les marques ne seront pas intéressées ».

Ces résultats encourageants ont poussé The Clueless à changer toute leur stratégie, qu’ils ont choisi de baser sur un « portfolio de personnalités virtuelles » générées par une IA comme l’indique leur site. La beauté de leurs mannequins est « durable » et « bien pensée », et après Aitana, ils proposent désormais les services de Maia, « bisexuelle », « indépendante » et « exotique ». Leur point en commun ? Les initiales IA dans leurs prénoms…

VIDÉO - Cette influenceuse gagne des millions en présentant des produits pendant trois secondes

À voir également sur Le HuffPost :

  

« Black Mirror » saison 7 bientôt sur Netflix, la série de Charlie Brooker sera de retour sur la plateforme

IA, dématérialisation et hologrammes : comment les Français imaginent le travail de bureau dans dix ans