Manifestations du 23 mars: à Rennes, les leaders syndicaux disent avoir été pris pour cible par la police

A Rennes, les jeunes massivement mobilisés jeudi contre la réforme des retraites.  - Damien MEYER / AFP
A Rennes, les jeunes massivement mobilisés jeudi contre la réforme des retraites. - Damien MEYER / AFP

Les responsables des principaux syndicats d'Ille-et-Vilaine se sont plaints vendredi lors d'une rencontre à la préfecture d'avoir été pris pour cible par un canon à eau lors de la manifestation organisée la veille à Rennes, dénonçant des "gestes d'intimidation" des forces de l'ordre.

La préfecture a démenti que l'intersyndicale ait été délibérément ciblée.

Jeudi, alors que le cortège officiel parvenait place de la République à Rennes et que des heurts avaient déjà éclaté en amont entre des manifestants et les forces de l'ordre, "l'intersyndicale, pourtant clairement identifiée, a été gazée et visée par le canon à eau", a affirmé le secrétaire départemental de Force Ouvrière (FO), Fabrice Lerestif, à sa sortie de la préfecture.

"Le service d'ordre et les secrétaires généraux visés"

"On avait des chasubles, des badges, c'était marqué 'sécurité' (...) Et clairement, c'était le service d'ordre et les secrétaires généraux qui ont été visés", a raconté son homologue de la CGT d'Ille-et-Vilaine, Dominique Besson-Milord.

"Ils sont arrivés sur la place de la République au moment où une opération était en cours, des sommations avaient été faites parce qu'il y avait eu des agressions et des jets de projectiles", a expliqué à la directrice de cabinet du préfet, Elise Dabouis.

"Ils se sont retrouvés au milieu de l'opération mais bien évidemment, il n'y a jamais eu la volonté de les cibler", a assuré Elise Dabouis, pour qui les militants et manifestants pacifiques "se retrouvent victimes collatérales des violences des casseurs".

Fabrice Lerestif a également déploré le refus des autorités préfectorales d'autoriser le service d'ordre des syndicats à porter des lunettes de protection contre le gaz lacrymogène, des équipements qui étaient interdits par un arrêté préfectoral jeudi. "Il s'agit d'une volonté d'intimidation, pour faire peur et pouvoir dire que les manifestations se passent mal", a protesté Fabrice Lerestif.

Les syndicats se désolidarisent des actions des black blocs

Pour Elise Dabouis, l'interdiction se justifie par le fait que "les black blocs s'équipent pour se protéger des répliques des forces de l'ordre lorsqu'ils commettent des exactions, avec casques, lunettes de piscine, masques, etc."

Interrogé sur ces multiples dégradations et jets de pierre commis par des petits groupes radicalisés en marge du cortège, Fabrice Lerestif s'est "désolidarisé de ces violences, comme toujours. Mais (les policiers) savent très bien faire la distinction entre un cortège syndical de dizaines de milliers de personnes et les autres", estime-t-il.

"Nous, on essaie de sécuriser le cortège mais nous ne sommes pas détenteurs du droit ou de la capacité à maintenir l'ordre. Je souligne d'ailleurs qu'un certain nombre de ces cortèges violents s'attaquent à nous aussi, avec des menaces, des pressions, voire des menaces de mort... ce ne sont pas nos amis", insiste le responsable de FO.

"On ne veut pas céder, ni devant eux ni devant l'Etat. La solution, c'est le retrait de la réforme", conclut-il.

Des inciddents similaires à Nantes la semaine dernière

À Nantes aussi, les syndicats ont déploré des incidents similaires à l'issue de la manifestation du 18 mars. Selon eux, les forces de l'ordre avaient lancé une sommation pour "regroupement interdit" alors que la tête du cortège syndical n'avait pas encore atteint le lieu prévu pour la dislocation de la manifestation.

"S'en sont suivis plusieurs tirs de gaz lacrymogène directement sur le cortège syndical" provoquant "des chutes, dont celle du secrétaire départemental de l'UNSA qui a été blessé", écrivent-ils dans un communiqué.

Article original publié sur BFMTV.com