Manifestation kurde samedi: le renseignement s'attend à "un climat extrêmement tendu"

Rassemblement de Kurdes à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), le 3 janvier 2023, en hommage aux trois Kurdes tués dans une fusillade à caractère raciste à Paris avant Noël - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP
Rassemblement de Kurdes à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), le 3 janvier 2023, en hommage aux trois Kurdes tués dans une fusillade à caractère raciste à Paris avant Noël - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP

Les services de renseignements, selon une note que BFMTV a pu consulter, s'attendent à une forte mobilisation de la communauté kurde samedi prochain, "dans un climat extrêmement tendu", pour la manifestation commémorant les 10 ans de l'assassinat des trois militantes kurdes à Paris.

Entre 10.000 et 15.000 personnes sont attendues, et des dizaines de cars ont été affrétés au départ de villes de province et de l'étranger. Les cadres kurdes souhaitent fermement que la marche se déroule sans incident et ont passé des consignes en interne.

Un "contexte émotionnel"

"Cependant, dans le contexte émotionnel actuel [...] les protestataires les plus déterminés, en particulier ceux en provenance de l'étranger, sont susceptibles de profiter de la moindre occasion pour s'en prendre aux forces de l'ordre", peut-on lire dans cette note.

En effet, cette marche intervient près de deux semaines après la mort de trois Kurdes, tués en plein Paris avant Noël. Une attaque que la communauté kurde attribue à la Turquie, rejetant le caractère raciste suspecté par les forces de l'ordre.

Plusieurs milliers de membres de la communauté kurde se sont d'ailleurs rassemblés mardi à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) pour les funérailles des trois victimes.

Samedi à Paris, le cortège sera encadré par un important service d'ordre, et s'élancera de la gare du Nord à 10h, jusqu'à la place de la République.

Les militants kurdes, rassemblés à l'appel du Conseil démocratique kurde en France, devraient être rejoints par des militants de gauche et d'extrême gauche. La mouvance contestataire radicale, traditionnel soutien des Kurdes, devrait avoisiner les 50 à 100 personnes.

Article original publié sur BFMTV.com