Publicité

Manifestation contre le projet de Tesla d'agrandir son usine de voitures électriques près de Berlin

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche 10 mars 2024 près de Berlin, en invoquant des préoccupations environnementales, contre le projet de Tesla d'agrandir son usine de voitures électriques implantée depuis 2022 à Gruenheide, à une trentaine de kilomètres au sud-est de la ville.

Les organisateurs, une coalition d'associations de protection de l'environnement, parmi lesquelles Extinction Rebellion, Nabu et Robin des Bois, ont revendiqué plus d'un millier de manifestants, les médias locaux estimant leur nombre à environ 800.

Le "Vulkan Gruppe"

La manifestation a eu lieu quelques jours après que le site de Tesla a dû arrêter ses chaînes de production en raison d'une panne de courant causée mardi par l'incendie volontaire d'un pylône électrique voisin.

Un groupuscule allemand d'extrême gauche, le "Vulkan Gruppe", a revendiqué ce "sabotage", dans un communiqué publié sur une plateforme d'activistes, et les procureurs fédéraux ont pris en charge l’enquête.

Les organisateurs de la manifestation en appellaient, eux, à la sécurité de "l'approvisionnement en eau" et à "une réelle protection du climat", en protestant contre les "solutions capitalistes bidon" d'Elon Musk.

Modeste contre-manifestation

Le milliardaire américain souhaite agrandir de 170 hectares l'usine de Gruenheide afin d'y doubler la production, pour atteindre un million de véhicules électriques par an. Cette "Gigafactory", la seule de Tesla en Europe, occupe déjà environ 300 hectares, sur lesquels travaillent environ 12.000 personnes. C'est d'elle que sort le "Model Y", SUV phare de Tesla pour le marché européen.

L'usine Tesla de Gruenheide, près de Berlin, le 10 mars 2024
 (AFP - Odd ANDERSEN)
L'usine Tesla de Gruenheide, près de Berlin, le 10 mars 2024 (AFP - Odd ANDERSEN)

Le projet a hérissé les écologistes et les habitants, qui s'inquiètent pour la forêt environnante et et la nappe phréatique, ou encore d'une augmentation du trafic routier dans la région. Un référendum local s'y est opposé à 60%, mais à vocation seulement consultative.

Présente dans la manifestation, Annika Fuchs, militante de Robin des Bois, a déclaré son souhait que les autorités locales respectent le résultat de ce scrutin. "Il est très important pour nous de prendre l’opinion des citoyens au sérieux", a-t-elle souligné à l’AFP.

Une contre-manifestation, plus modeste, en faveur des avantage[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi