Publicité

Manger ne serait ce qu'une portion de truite expose à des produits chimiques

Comme beaucoup de produits de la mer, les poissons d’eau douce sont eux aussi pollués. C’est ce qu’ont constaté des chercheurs américains de l’Université de Duke à Durham et du Groupe de travail environnemental de Washington.

Dans leur étude publiée le 28 décembre 2022 dans Environmental Research, les scientifiques se sont intéressés aux PFAS contenus dans les poissons d’eau douce, tels que la truite ou la carpe, du territoire américain. “Les substances per- et polyfluoroalkyles, ou PFAS, ont attiré l'attention du public et des autorités réglementaires en raison de la contamination généralisée et des effets nocifs sur la santé associés à l'exposition”, ont-ils constaté.

Regroupant plus de 4 700 molécules, cette famille de substances artificielles se retrouvent le plus souvent dans l’eau potable, le poisson, les fruits, les œufs ou encore les produits transformés à base d'œuf, indique l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA). Nocives, ces molécules créées par l’être humain sont peu dégradables dans l’environnement, ce qui leur vaut le surnom de “polluants éternels”.

Pour leur recherche, les auteurs ont analysé les données de plus de 500 échantillons composites de filets de poisson collectés aux États-Unis de 2013 à 2015. Résultat : une seule portion de poisson d’eau douce expose le consommateur à ces produits nocifs, remarquent-ils. D’après leur analyse, le niveau médian de PFAS totaux ciblés dans les filets de poissons des rivières et de ruisseaux des États-Unis était (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Quels microbes s'attaquent à notre peau ?
Famille : voilà pourquoi on ressemble tant à nos parents
Les personnes qui sautent des repas ont un grand risque de décès prématuré
Covid long : une étude estime qu'il ne dure pas plus d'un an
Glycémie : voici les 10 meilleurs aliments qui font baisser le taux de sucre dans le sang