MALI. Premières images des bombardements français

Deux semaines après le début de l'intervention française au Mali, l'armée a diffusé jeudi 24 janvier les premières images des frappes aériennes. Ces vidéos ont été filmées par les caméras infrarouges des appareils. On ne sait pas où ni quand elles ont été prises. 


Mali : les premières images des frappes... par LeNouvelObservateur

L'aviation française poursuivait jeudi des raids aériens au sud de Gao dans le nord-est du Mali, près de la frontière nigérienne, au moment où des islamistes touareg issus du groupe armé Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) créaient un nouveau mouvement prônant une solution "pacifique" au conflit.

Les avions français ont frappé jeudi des positions des groupes islamistes armés à Ansongo, située à 80 km au sud de Gao et à une distance équivalente de la frontière nigérienne, selon des sources de sécurité du Mali et du Niger.

Plus de 2.000 soldats tchadiens et 500 nigériens sont en cours de déploiement au Niger. Ils seraient chargés d'ouvrir une nouvelle voie pour aller chasser les groupes islamistes armés au Mali, dans le cadre de la force d'intervention africaine, sous mandat de l'ONU, chargée de relayer à terme l'armée française au Mali, selon des sources militaires.

Ces nouveaux raids français ont lieu alors que l'un des trois groupes islamistes armés qui occupent le nord du Mali, Ansar Dine, s'est scindé en deux, une partie de ses membres appelant jeudi à une "solution pacifique", au quatorzième jour de l'intervention militaire française au Mali.

Le MIA "se démarque totalement de tout groupe terroriste"

Le nouveau groupe s'intitule Mouvement islamique de l'Azawad (...) Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

MALI. Premières images des bombardements français
Le Mali au menu du sommet de l'Union Africaine
MALI. Ansar Dine coupé en deux

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.