À cause d'une maladie rare, le visage de cet homme fond

Un Indien de 52 ans, atteint d’une maladie rare, a vu son visage fondre au fil des années. Un quotidien devenu extrêmement handicapant.

Il peut difficilement s’exprimer, et cela, à cause d’une maladie génétique nommée neurofibromatose. Cette pathologie extrêmement rare est caractérisée par une pigmentation cutanée et la croissance de tumeurs le long des nerfs de la peau, du cerveau et d'autres parties du corps. Également connue sous le nom de maladie de Von Recklinghausen, elle touche 1 personne sur 3 000 à 4 000 dans le monde et se veut extrêmement handicapante au quotidien.

Prénommé Das, cet Indien de 52 ans a comme le visage… fondu. C’est à l’âge de 20 ans que tout a basculé. Des tumeurs ont commencé à pousser sur son visage, affectant principalement le côté droit. Au cours des trois décennies suivantes, les masses ont fait boule de neige et les séquelles physiques se sont multipliées. Il a perdu l'une de ses oreilles, l'un de ses deux yeux, la moitié de sa bouche tandis que son nez s’est grossièrement distendu.

Cible de nombreuses moqueries

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Comme le révèle un article publié par le New York Post, ce physique atypique lui vaut régulièrement de nombreuses moqueries. Un quotidien difficile qui, pourtant, ne l’affecte pas. "Les gens se moquent de moi et m'appellent par différents noms, mais je ne m'en soucie pas", a déclaré Govardhan Das à Jam Press. S’il s’est habitué à cette apparence, le pauvre homme a en revanche des problèmes bien plus graves. Il a du mal à voir, à manger et à parler correctement. En parallèle, sa peau brûle et le démange à chaque fois qu’il transpire.

Selon les informations divulguées par le quotidien, les tumeurs ne font qu’augmenter avec l’âge et aucun remède n’existe pour contrer ce phénomène. Les médecins refusent tous de l’opérer car selon leur analyse, la maladie serait liée à son cerveau. Un cas qui serait donc impossible à traiter.

Malgré cela, Das a décidé de ne pas se laisser abattre, même si certaines périodes sont très compliquées. "Je me sens mal à l'aise de me déplacer librement parce que les gens me regardent et les enfants ont peur de moi, mais ma famille et mes villageois m'aiment et me respectent", a-t-il déclaré.

Ce quinquagénaire n’est pas le seul patient atteint de neurofibromatose à vouloir aller de l’avant. Une femme de Manchester, en Angleterre, qui a perdu son œil à cause de l'affliction, a transformé son handicap optique en une source optimiste et comique. Ses vidéos sont devenues virales sur TikTok.

VIDÉO - Caroline Lhomme, victime d’une rupture d’anévrisme : "Battez-vous mais rigolez. En rigolant, tout passe tellement plus facilement"