"Maison commune": Yannick Jadot lance son club politique

Yannick Jadot, ex-candidat d'Europe Ecologie Les Verts à l'élection présidentielle, à Paris le 10 avril 2022 - Martin BUREAU © 2019 AFP
Yannick Jadot, ex-candidat d'Europe Ecologie Les Verts à l'élection présidentielle, à Paris le 10 avril 2022 - Martin BUREAU © 2019 AFP

Yannick Jadot a lancé "Maison commune" ce mardi soir, un "club politique" consacré aux "mobilisations face à la crise écologique". L'objectif: rassembler des "responsables politiques, des acteurs sociaux, des intellectuels qui ont envie de trouver des espaces communs et ne se retrouvent plus dans les formations d'aujourd'hui", expliquait-il à Libération il y a quelques semaines.

Ce mardi, l'écologiste a réuni autour de lui des représentants d'Alternatiba, Dernière Rénovation, L214, une chercheuse du CNRS, mais aussi le militant altermondialiste et ex-candidat à la présidentielle José Bové, afin de débattre sur le thème de la "désobéissance civile".

Ce format est mensuel. Yannick Jadot rassemblera dès le 15 décembre prochain de nouveaux acteurs sur le thème du travail. Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, et Laurent Berger, son homologue à la CFDT, sont notamment attendus.

"Politique Twitter"

Si Yannick Jadot souhaite rester fidèle à son parti, ce club lui permet de développer sa vision pour l'écologie. Dimanche dernier, il expliquait dans le JDD vouloir "sortir de la politique Twitter", jugeant qu'"il n'y a pas de perspective majoritaire pour un populisme écolo".

"Radicaliser le discours, stigmatiser les personnes qui ne font pas tout bien, cela nous éloigne de ceux qui ont compris l’urgence écologique mais doutent de nous, des abstentionnistes, des habitants des quartiers populaires et des campagnes, que nous devons convaincre", déclarait-il.

Une façon de viser, sans la nommer, Sandrine Rousseau. De quoi rappeler également le clivage entre les deux finalistes de la primaire 2021 d'EELV. Cependant, ce clivage a ses limites auprès des militants écologistes. Lors de la première étape du congrès d'EELV samedi dernier - lequel permet de désigner la nouvelle secrétaire nationale du parti - les adhérents ont en effet largement plébiscité la liste de Marine Tondelier (46,97%), candidate de la direction sortante, devant celles de Sophie Bussière (18,07%) et Mélissa Camara (13,54%), respectivement soutenues Yannick Jadot et Sandrine Rousseau.

Article original publié sur BFMTV.com