Maine-et-Loire: un sapeur-pompier pyromane mis en examen pour avoir déclenché 27 incendies en 6 mois

·1 min de lecture

L'homme de 42 ans a reconnu être à l'origine d'une série de feux ayant sévi dans le secteur de Saumur. Il a été placé en détention provisoire.

La longue enquête des gendarmes a mené à une réponse toute en oxymore : comme le relate le journal Ouest-France, l'auteur recherché d'une intense série d'incendies - 27 entre avril et septembre -, ayant frappé la région de Saumur (Maine-et-Loire), s'est révélé être un sapeur-pompier volontaire. L'homme, âgée de 42 ans, a été identifié et placé en détention provisoire.

Le quadragénaire pyromane a reconnu les faits et sa responsabilité pour les 50 hectares partis en fumée dans le Saumurois durant ces six derniers mois. 40 plaintes à son encontre ont été déposées ce lundi.

Il venait aider ses collègues à éteindre ses propres incendies

Mais ce lundi, la procureure de la République de Saumur Alexandra Verron a révélé les détails ubuesques de cette affaire: l'accusé a fréquemment participé aux opérations pour éteindre les feux. Ce qui a mis la puce à l'oreille des enquêteurs? Sa présence sur les lieux d'incendie lors de ces jours de repos. L'homme portait un briquet lors de son interpellation, l'arme qu'il utilisait pour démarrer les flammes. L'enquête n'a pour l'instant pas révélé l'emploi d'accélérant.

Une information judiciaire a été ouverte. Le suspect, mis en examen, a parlé "d’un évènement personnel traumatisant" et a expliqué passer à l’acte "pour brûler ces images" aux enquêteurs. En garde à vue, le mis en cause a fait valoir le besoin d'"avoir des soins". Ce sera à l'expertise psychiatrique de déterminer, en autres, la responsabilité pénale de ses actes.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles