Publicité

Comment Madrid est devenu “the place to be”

Avant la pandémie, Madrid restait “le secret le mieux gardé”. À présent, la ville est devenue “the place to be”, se félicite José Luis Martínez-Almeida, le maire de la capitale espagnole. Selon lui, la crise sanitaire – durant laquelle la présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Diaz Ayuso, avait résisté aux mesures de confinement décrétées par le gouvernement espagnol – a marqué un tournant. “Le Covid-19 a fait des ravages, mais Madrid y a gagné une réputation d’ouverture.”

De fait, depuis trois ans, touristes et nouveaux résidents affluent comme jamais, constate The Economist. Ils viennent des États-Unis, des pays du nord de l’Europe et – surtout – d’Amérique latine. “La population étrangère a augmenté de 20 % depuis 2016, faisant de Madrid une rivale de plus en plus sérieuse de Miami en tant que ‘capitale de l’Amérique latine’.”

Les raisons de l’attractivité accrue de cette “ville où il fait bon vivre” ? Elles tiennent d’abord à son dynamisme économique. “Entre 2018 et 2022, la région a attiré environ 71 % des investissements étrangers en Espagne”, alors que Barcelone a dû se contenter de 11 %. La pression fiscale, bien moindre qu’en Catalogne ou qu’à Valence, n’y est pas pour rien. Le maintien du “visa doré” qui accorde la résidence aux étrangers qui investissent sur place 500 000 euros, et la création, en 2022, d’un visa spécial “nomades digitaux” non plus.

Pourtant le succès de Madrid a son revers, souligne The Economist. Alors que la ville doit se préparer à accueillir 1 million d’habitants supplémentaires au cours des dix prochaines années, le seul projet d’aménagement urbain d’envergure est le nouveau quartier de Madrid Nuevo Norte, dans le nord de la ville, destiné à devenir un centre d’affaires. Or même si plus de 10 000 logements sont annoncés, dont un tiers d’appartements réputés “abordables”, certains craignent que ce programme ne contribue à creuser l’écart entre le nord de la capitale, qui regroupe les quartiers les plus prospères, et le sud, nettement moins bien loti.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :