Madagascar: pour son gendre, le Français condamné à 10 ans de travaux forcés est "otage politique"

Un Français a été condamné à 10 ans de travaux forcés pour tentative d'assassinat contre le président de l'île. "Un problème politique", pour son gendre qui demande son transfert dans l'Hexagone.

Alors que l'ancien colonel français Philippe François a été condamné à 10 ans de travaux forcés à Madagascar pour tentative d'assassinat contre le président de l'île, son gendre estime que son beau-père est considéré comme un "otage politique", ce samedi sur BFMTV.

"C'est un problème politique, Philippe François est un otage politique avant toute chose", dénonce le mari de sa fille Constance Wagner-François.

"On sent qu'il y a des tensions entre Madagascar et la France (...). Il y a énormément de sujets qui font qu'aujourd'hui Philippe François est la mauvaise personne au mauvais endroit, au mauvais moment et le problème c'est que ça pourrait arriver à n'importe qui", déplore-t-il.

"On ne peut que constater le manque de preuve évident dans le dossier", estime-t-il par ailleurs.

La peine visant l'ancien colonel français Philippe François a été confirmée vendredi, le condamnant à 10 ans de travaux forcés pour avoir participé à un projet d'assassinat visant le président de Madagascar.

Des "conditions (de détention) épouvantables"

La famille de Philippe François demande aujourd'hui que l'ancien colonel bénéficie d'un "transfèrement" dans une prison française afin que soit réalisé un "bilan médical complet". "Nous sommes extrêmement inquiets à ce sujet", assure Romulus Wagner.

Le gendre du détenu dénonce en effet des "conditions (de détention) épouvantables".

"Il y a des rats, les besoins sont faits dans la cellule, il ne peut pas sortir, tout se monnaye", condamne-t-il.

Tous ces éléments ont "un impact physiologique, mais aussi psychologique", souligne-t-il, estimant que "même si c'est un militaire de formation, avant toute chose c'est un homme, un papa et un fils".

En maison de force depuis 2020

Brillant militaire, Philippe François s'installe sur l'île de l'océan Indien en 2020. Il y rencontre le Franco-Malgache Paul Maillot, diplômé comme lui de Saint-Cyr, avec lequel il s'associe dans une affaire d'extraction de l'or.

Un an plus tard, l'ancien colonel décide d'abandonner le projet et souhaite rentrer en France, mais il est arrêté par la police malgache à l'aéroport d'Antananarivo. Elle l'accuse d'avoir pris part à une supposée opération "Apollo 21", menée par son associé et qui avait pour mission d'éliminer le chef d'État malgache Andry Rajoelina.

Philippe François est depuis retenu à la maison de force de Tsiafahy. Une pétition a été lancée par ses proches pour demander son transfèrement dans l'Hexagone.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Madagascar: Philippe François "est un otage politique, avant toute chose", affirme son beau-fils