Madagascar: un ancien colonel de l'armée française condamné à 10 ans de travaux forcés

Philippe François, décoré de la croix de guerre, est accusé par la justice de l'île d'avoir pris part à un projet d'assassinat visant le président malgache.

Vendredi, la Cour de cassation d'Antananarivo à Madagascar a confirmé la peine infligée en décembre à Philippe François, un ex-colonel de l'armée française. Accusé d'avoir pris part à un projet d'assassinat visant le président malgache, il a été condamné à 10 ans de travaux forcés.

"On est dévastés par ce résultat. C'est beaucoup d'émotions car c'est une situation profondément injuste, c'est une énorme épreuve pour notre famille", a expliqué pour BFMTV sa fille, Constance Wagner-François.

Brillant militaire, Philippe François, 54 ans, a servi 25 ans dans les troupes de marine. Il a d'ailleurs été décoré de la croix de la Valeur militaire et de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures, comme le rapporte Le Figaro.

Une affaire d'extraction d'or

Quand il part s'installer sur l'île de l'océan Indien en 2020, il rencontre le Franco-Malgache Paul Maillot, diplômé comme lui de Saint-Cyr, avec qui il s'associe dans une affaire d'extraction de l'or. Mais un an plus tard, Philippe François décide d'abandonner le projet et souhaite rentrer en France. Problème, il est arrêté par la police malgache à l'aéroport d'Antananarivo.

Pour justifier son arrestation, la justice de l'île affirme que Philippe François a pris part à une supposée opération "Apollo 21", menée par son associé en affaires Paul Maillot, qui avait pour mission d'éliminer le chef d'État malgache Andry Rajoelina.

Depuis, l'ancien colonel est retenu à la maison de force de Tsiafahy, qui possède une sinistre réputation. "La prison est tristement célèbre car il n'y a pas de système de cantine, pas de système de douche ou de toilette. Sa douche, c'est un bocal d'eau qu'il se met sur la tête. Les toilettes c'est pareil, c'est dans un sceau", déplore sa fille Constance.

Une pétition demandant son rapatriement

Les proches du dossier indiquent tous que les charges retenues contre Philippe François ne sont pas solides. L'ancien militaire décrit d'ailleurs l'affaire comme "un réglement de compte politique". Et les journalistes présents à Antananarivo ont jugés l'audience de vendredi expéditive.

"Avec les éléments qu'il y avait dans le dossier, mon client Philippe méritant d'être acquitté. Le verdict est assez injuste", expliquait en décembre l'avocat du Français, Me Chan Fa.

La famille du condamné fustige également l'attitude du gouvernement français, qu'ils accusent de ne pas prendre l'affaire assez au sérieux. "Tout le monde sait que mon père est innocent mais le Quai d’Orsay nous a demandé de ne pas faire de vagues. En précisant que le service de protection des Français de l’étranger s’occupait du dossier", a regretté dans les colonnes du Figaro Constance Wagner-François.

En attendant une éventuelle réaction officielle de Paris, une pétition a été lancée par les proches de Philippe François, demandant le rapatriement du père de famille.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Madagascar : 32 personnes tuées par des voleurs de bétail