Publicité

Macron s’arrête dans un bar-tabac à Roulans, dans le Doubs, à quelques heures du remaniement

Emmanuel Macron a fait une pause dans un bar dans le Doubs ce mardi 6 février. (photo d’illustration : Emmanuel Macron partage un moment avec ses partisans au café du siècle à Baumes-de-Venise, le 1er septembre 2023)
LUDOVIC MARIN / AFP Emmanuel Macron a fait une pause dans un bar dans le Doubs ce mardi 6 février. (photo d’illustration : Emmanuel Macron partage un moment avec ses partisans au café du siècle à Baumes-de-Venise, le 1er septembre 2023)

POLITIQUE - Une visite inattendue. Après avoir écouté la colère des agriculteurs, Emmanuel Macron a fait une pause, ce mardi 6 février, dans le bar-tabac de la commune de Roulans, dans le Doubs. Le chef d’État, qui n’avait pas annoncé son déplacement à la presse, avait déjeuné quelques heures plus tôt à l’Élysée avec son Premier ministre Gabriel Attal, sur fond d’intenses tractations sur le deuxième volet remaniement.

François Bayrou au gouvernement ? Même Rachida Dati lui envoie des mots doux avant le remaniement

La visite a eu lieu après la première rencontre du président avec des exploitants depuis le début de la crise agricole, a indiqué la présidence. « Le président est allé cet après-midi échanger avec différents agriculteurs sur une exploitation dans le Doubs en petit comité », a-t-elle fait savoir, sans donner de détails sur le lieu et le contenu des discussions.

Deux cafés et des discussions avec les clients

Après cette visite, le chef de l’État a passé près d’une heure dans un bar vers 16h, a rapporté L’Est Républicain, à la plus grande surprise du gérant, Marcel Gauffre. « C’est la surprise de la journée, de l’année, et même du siècle ! », a-t-il confié au quotidien local. Selon le commerçant, Emmanuel Macron a bu deux cafés et a pris le temps d’échanger avec des clients.

Selon Marcel Gauffre, le président de la République a échangé « avec tout le monde » : « Il était très accessible, très convivial, ça a duré plus d’une demi-heure. Les gens lui racontaient leurs problèmes de la vie et il était très à l’écoute. »

Interrogé par RMC, Marcel Gauffre a confié avoir évoqué avec le président le « problème de la concurrence déloyale avec le Luxembourg, où le tabac est deux fois moins cher ». « Il était très très à l’écoute », s’est-il encore réjoui.

Si cette visite impromptue a pu faire plaisir aux clients de ce bar de campagne, elle n’a pas été au goût de l’Association de la presse présidentielle qui reproche vertement à Emmanuel Macron d’avoir voulu une fois de plus mettre les journalistes à l’écart.

Dans un communiqué, l’APP explique que la presse n’a pas été mise au courant de ce déplacement et que de fait, aucun journaliste a pu couvrir l’événement. Elle dénonce un « procédé contraire aux usages en vigueur et qui contrevient à l’accès à l’information. » Elle rappelle que la présence de la presse est une « nécessité démocratique » lors d’un déplacement du président de la République.

La composition de la deuxième moitié du gouvernement, qui doit être annoncée ce mercredi, pourrait s’avérer plus spectaculaire que prévu, avec l’entrée potentielle de François Bayrou et le possible départ d’Amélie Oudéa-Castéra, au cœur d’une série de polémiques à l’Éducation nationale.

À voir également sur Le HuffPost :

Gabriel Attal n’a pas la même version qu’Élisabeth Borne de « l’arc républicain » (et ça compte)

Amélie Oudéa-Castéra : grève du 6 février, audition à l’Assemblée... Une journée délicate pour la ministre