Macron n'entend pas changer son projet pour le second tour

Emmanuel Macron, favori des sondages, a déclaré mardi soir sur France 2 qu'il ne modifierait pas son projet avant le second tour de l'élection présidentielle pour rassembler plus largement et il a dénoncé la "brutalité" de celui de Marine Le Pen. /Photo prise le 25 avril 2017/REUTERS/Lionel Bonaventure

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron, favori des sondages, a déclaré mardi soir sur France 2 qu'il ne modifierait pas son projet avant le second tour de l'élection présidentielle pour rassembler plus largement et il a dénoncé la "brutalité" de celui de Marine Le Pen.

"Je ne vais pas changer le projet qui est le mien", a dit l'ex-ministre de l'Economie. "Il est sorti en tête de ce premier tour (...) donc je ne vais pas l'amender. Par contre, je veux rassembler autour de ce projet, largement."

Il a réaffirmé qu'en tout état de cause les transfuges du Parti socialiste ou des Républicains qui souhaiteraient avoir l'investiture de son mouvement En Marche ! pour les législatives de juin devraient quitter leur ancien parti.

Il a opposé son projet pour "faire réussir la France (...) dans une Europe plus forte" à celui "de rétrécissement, de haine de l'autre" de la candidate du Front national.

"Je le démontrerai de manière méthodique", a poursuivi le candidat d'En Marche !. "Quand j'entends Mme Le Pen dans ses formules, dans son ton et dans son geste, je vois beaucoup plus de brutalité que de mon côté (...) Le projet brutal, le projet de haine, le projet de rejet, il n'est pas de mon côté."

"Aujourd'hui, ma priorité est d'apaiser notre pays qui est plein de doutes, qui est cabossé, fracturé."

Emmanuel Macron a également répondu à ceux, droite comme à gauche, qui lui reprochent d'avoir laisser ces deux derniers jours le terrain à Marine Le Pen, en les accusant de ne pas avoir eux-mêmes pris leur responsabilité face à la montée du FN.

Le FN, "je l'ai suffisamment combattu en apportant une réponse claire, directe et opposée à celle de Marine Le Pen pour aujourd'hui ne pas avoir de leçon à recevoir", a-t-il déclaré. "C'est le système des vieux partis politiques qui l'a nourri pendant tant et tant d'années."

Il a aussi dit n'avoir "aucun regret" concernant le dîner offert à 150 membres de son équipe dimanche, pour célébrer les résultats du premier tour, dans la célèbre brasserie parisienne La Rotonde, où il a lui-même depuis longtemps ses habitudes.

Une soirée dont les télévisions ont amplement diffusé les images et qui a suscité de nombreuses critiques.

"J'assume totalement et j'assumerai toujours. Ça ne sera pas le diktat d'une bien-pensance triste qui me dira où je dois aller", a-t-il déclaré.

Emmanuel Macron a enfin regretté que le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, quatrième du premier tour, l'ait renvoyé dos à dos dimanche soir avec Marine Le Pen en refusant d'appeler à voter pour lui.

"Je n'ai pas de message à lui adresser", a-t-il dit. "Je suis triste pour ses électeurs. Je pense que ses électeurs valent beaucup mieux que ce qu'il leur a dit."

(Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages