"Macron lit tout" : les scientifiques exaspérés par les louanges de l’entourage du président

Matthieu Brandely
·4 min de lecture
Photo d'illustration

Dans Le Parisien, des proches du président racontent qu'Emmanuel Macron "lit tout" sur le Covid, au point de parfois devancer le Conseil scientifique. Des déclarations qui ne passent pas auprès des scientifiques.

"Un jour, il pourra briguer l'agrégation d'immunologie", s'amuse dans le Parisien Richard Ferrand président de l'Assemblée, expliquant qu'Emmanuel Macron" "lit tout ce qui sort de scientifique sur le sujet" du Covid-19. "Je ne lui envoie rien car je me doute bien que ce que je vois, il a déjà dû l'avoir en main trois jours avant", ajoute un autre conseiller dans les colonnes du journal.

Autant de fleurs lancées à Emmanuel Macron par ses proches qui ont le don d'irriter de nombreux médecins. "On recense plus de 106 000 publications scientifiques sur le Covid-19. J'ai des doutes qu'il ait pu toutes les lire", remarque ironiquement Michaël Rochoy médecin généraliste et membre du Collectif du côté de la science.

"Mépris pour les scientifiques"

"Quel mépris pour les scientifiques et la science! pathétique" s'offusque Mahmoud Zureik, praticien hospitalier en épidémiologie et en santé publique, qui dénonce le fait de "prétendre tout lire et de se substituer aux scientifiques pour les analyses, les synthèses et le consensus scientifique"

Capture Twitter
Capture Twitter

Une différence entre lire des études, et les analyser correctement

"Macron s’est tellement intéressé au Covid qu’il peut challenger les scientifiques, poser la question qui les déstabilise", expliquait un conseiller du président à France Inter. Une phrase qui ne laisse pas indifférent de nombreux médecins.

"Si tout le monde peut lire des études et les comprendre, il manque beaucoup de bases à Emmanuel Macron pour pouvoir "challenger" les membres du conseils scientifique, qui ont des années d'expérience," rappelle Michaël Rochoy. "C'est comme si je lisais des articles sur la planète Mars et que je m'entretenais ensuite avec des physiciens de la NASA sur ce que devrait faire la sonde Perseverance, il faut rester humble", compare le médecin membre du Collectif du coté de la science.

"On peut être rassurés de voir Emmanuel Macron lire des études scientifiques, on peut rester dubitatifs quant à ses capacités à les analyser correctement sans l'aide d'experts", pointe Laurent Fignon, médecin gériatre.

Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter

Surnommé "épidémiologiste 1er"

D'autant que ce n'est pas la première fois que l'entourage d'Emmanuel Macron dresse des louanges du président par médias interposés. Emmanuel Macron "va finir épidémiologiste", lançait un ministre dans un article publié sur France Inter le 10 février, tandis qu'un autre lançait : "si on avait écouté tous les 'Cassandre', on serait en train de travailler avec nos enfants sur les genoux depuis trois semaines", saluant la décision d'Emmanuel Macron de ne pas reconfiner le pays.

Un déluge de compliment de l'entourage du président qui avait déjà été sèchement reçu par de nombreux médecins, certains lui attribuant le surnom, ironique, d'"épidémiologiste 1er", sur les réseaux sociaux.

"Les scientifiques comme bouc-émissaires"

"C'est la cour du Roi soleil, ils font des courbettes pour plaire au président et utilisent les scientifiques comme bouc-émissaires", déplore le médecin Jérôme Marty. Car le Conseil scientifique est directement ciblé par l'entourage du président.

"Désormais, le Conseil scientifique n'est plus premier dans l'arbitrage", expliquait fièrement un ministre à France Inter. Selon Le Point, Emmanuel Macron parlerait même désormais des "connards du Conseil scientifique", selon l'hebdomadaire du 17 février.

"Le pouvoir rend les médecins responsables de ce que vivent les gens. Ils oublient que ce sont eux qui prennent les décisions sans écouter les scientifiques qui les conseillent", rappelle Jérôme Marty, qui déplore un manque d'humilité et de respect vis-à-vis de ceux qui sont en première ligne face à l'épidémie. "Qu'il prenne en considération des aspects économiques et sociaux dans ses décisions, c'est normal, mais il doit aussi écouter les scientifiques".

Une auto-satisfaction qui pourrait vite prendre fin. "On pensait l'éviter mais on va se prendre un mur", redoute dans Les Echos un conseiller du président, qui révèle que certains proches d'Emmanuel Macron travaillent à un reconfinement général. En attendant cette hypothèse, après le littoral azuréen, un confinement le week-end va être mis en place dans l'agglomération de Dunkerque.

Ce contenu peut également vous intéresser :