Publicité

M6 va relancer "Qui veut épouser mon fils ?"

Bilan en baisse pour
Bilan en baisse pour "Qui veut épouser mon fils ?" saison 4 - JLPPA / BESTIMAGE

Cette nouvelle saison sera proposée sur M6+, la nouvelle plateforme de streaming de M6.

C'est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure confiture. À quelques jours de relancer "Le juste prix" (le lundi 11 mars à 17h30), le groupe M6 s'apprête à faire renaître de ses cendres un autre programme emblématique du petit-écran. Mardi 6 mars 2024, lors d'une conférence de presse de présentation de la stratégie streaming du groupe, Nicolas de Tavernost et ses équipes ont annoncé la mise en production d'une nouvelle saison de "Qui veut épouser mon fils ?".

Une exclusivité M6+

Dans cette télé-réalité de dating, diffusée sur TF1 de 2010 à 2015 et présentée par Elsa Fayer, des hommes célibataires vivant encore chez leur mère tentaient de trouver l'âme soeur. À chaque étape de l'aventure, les mères avaient leur mot à dire concernant les prétendant(e)s qui seront présenté(e)s à leur fils. À la fin de l'aventure, ces derniers auront le choix : partir avec l'élu(e) de leur coeur ou rester chez maman...

Le comeback de "Qui veut épouser mon fils ?" ne se fera pas en linéaire mais sur M6+, la nouvelle plateforme de streaming du groupe qui sera lancée mi-mai. "Ce ne sera pas une édition au rabais mais une véritable saison avec un niveau d'investissement similaire à celui de la télévision", a confié à puremedias.com une source proche du dossier. Parmi les autres grosses cartouches de M6+ : une saison totalement inédite des "Traîtres" (le jeu à succès de la Six depuis 2022,) en plus de la troisième saison qui...

Lire la suite


À lire aussi

"Les Traîtres" : Laurent Ruquier et son compagnon Hugo Manos candidats de la saison 3 de l'émission de M6
"François Hollande m'a décommandé 2 personnes" : Olivier Schrameck (ex-CSA) reconnaît publiquement une intervention de l'ancien président de la République
Plus de présence à l'antenne mais moins de temps de parole : l'Arcom dévoile son étude sur la parité dans les médias