Publicité

Même seule, une orque peut venir à bout d'un grand requin blanc en un temps record

Une orque, connue pour s'attaquer en groupe à des grands requins blancs, démontre maintenant qu'elle est aussi terriblement efficace seule.

Depuis plusieurs années, le Dr Alison Towner (Université Rhodes, Afrique du Sud) est un témoin privilégié de la chasse impitoyable que les orques ont lancée contre les grands requins blancs au large du continent africain. Elle a notamment documenté les agissements de deux prédateurs particulièrement belliqueux : Bâbord et Tribord, qui poussent même les squales à s'enfuir de certaines zones.

Dans une nouvelle étude publiée le 1er mars 2024 dans la revue African Journal of Marine Science, elle commente, avec une équipe internationale, une nouvelle attaque de grand blanc. Cependant, cette fois, l'affrontement a été mené par une orque seule : Tribord.

Une attaque réalisée en moins de deux minutes

Le 18 juin 2023, à 15h02 précisément, un jeune grand requin blanc de 2,5 mètres et d'environ 100 kilos apparaît à la surface de l'eau, au large de la ville de Mossel Bay. Terrible erreur... Des observations réalisées par des chercheurs et des touristes à bord de deux navires ont permis de voir que Tribord était juste derrière.

L'orque a saisi la nageoire pectorale gauche du requin et l'a secoué jusqu'à l'éviscérer. Le tout a duré moins de deux minutes, "un laps de temps stupéfiant", remarque le Dr Towner dans un communiqué. Des observateurs ont ensuite remarqué que Tribord tenait dans sa mâchoire un morceau de foie de sa proie, un organe qui, chez le requin, est particulièrement riche en lipides.

Première documentation d'une attaque solitaire

"Cette recherche prouve qu'au moins une orque, connue pour sa prédation sur des requins, a la capacité de s'attaquer indépendamment aux requins blancs subadultes", indique l'étude. Toutes les autres interactions de ce genre entre orques et grands requins blancs impliquaient entre deux et six épaulards. Une telle mise à mort en solitaire est donc une première.

Par ailleurs, le cadavre d'un second requin, plus grand (3,55 mètres) et lui aussi éviscéré, s'est échoué non loin le lendemain. Cette découverte indique qu'en réalité, "au moins deu[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi