Publicité

Météo : le record de chaleur d’Europe pour un mois de janvier battu en Espagne

La plage de Valence, en Espagne, ou a été battu un record de chaleur pour le mois de janvier en Europe ce jeudi 25 janvier.
SOPA Images / SOPA Images/LightRocket via Gett La plage de Valence, en Espagne, ou a été battu un record de chaleur pour le mois de janvier en Europe ce jeudi 25 janvier.

MÉTÉO - Des températures bien au-delà des normales de saison. Si les Français ont pu laisser gants et écharpes à la maison ce jeudi 25 janvier, en Espagne le thermomètre permettait carrément de se promener en short et tee-shirt. Un impressionnant redoux, porté par une masse d’air subtropicale en provenance d’Afrique et un puissant anticyclone, a conduit à plusieurs records de chaleur dans tout le pays, comme au sud de la France.

L’année 2023 est la plus chaude jamais enregistrée sur Terre, et le mois de novembre vient encore le prouver

Plus encore, la journée a été marquée par un nouveau record de chaleur mensuel pour l’Europe. Il a été enregistré à Gavarda, dans la Province de Valence. Le mercure est monté jusqu’à 30,7 °C selon l’agence météorologique Aemet (équivalent espagnol de Météo France). Il s’agit d’une valeur exceptionnelle pour un mois de janvier, en témoignent les réactions de météorologues sur les réseaux sociaux, comme celle de Guillaume Séchet dans le tweet ci-dessous.

Des températures largement au-dessus 20 °C

Il ne s’agit pas d’un exemple isolé. D’après l’Aemet, le thermomètre est monté à 29,5 °C jeudi après-midi dans la région de Valence (est), 28,5 °C dans celle de Murcie (sud-est) et 27,8 °C près de Malaga, dans le sud de l’Andalousie. Plusieurs records locaux de températures pour un mois de janvier ont par ailleurs été battus à travers le pays.

Les températures ont « atteint ou dépassé les 20 °C » dans « près de 400 stations » météorologiques du pays, soit près d’une sur deux, a souligné sur le réseau social X le porte-parole de l’Aemet, Ruben del Campo. Il s’agit d’un niveau « propre au milieu ou à la fin du mois de juin », c’est-à-dire « estival », a-t-il insisté, évoquant une « anomalie ».

Selon l’agence, le thermomètre n’est en outre pas descendu sous la barre des 10 °C dans la nuit de mercredi à jeudi dans la petite station de ski de Puerto de Navacerrada, située dans la région de Madrid, à 1 900 mètres d’altitude.

L’Espagne avait déjà enregistré des températures inhabituellement élevées en décembre, avec une pointe à 29,9 °C à Malaga, un record national pour la période. Ces vagues de chaleur surviennent dans un contexte de forte sécheresse, notamment en Andalousie et en Catalogne (est), où les autorités ont mis en place des mesures de restriction pour la consommation d’eau, après trois ans de faible pluviométrie.

Dans le Sud de la France, plusieurs records battus

Dans le Sud de la France aussi plusieurs records pour un mois de janvier ont été battus selon des valeurs provisoires à 17 h 00 : en Hautes-Pyrénées, 23,5 °C et 23 °C à Campistrous et Tarbes, 22,9 °C à Béziers (Hérault), 22,8 °C à Narbonne et 22,5 °C à Saint-Girons (Ariège), du jamais vu depuis 1966 dans cette localité.

L’agrométéorologue Serge Zaka souligne par ailleurs sur Twitter que la France s’est approchée de son record national de chaleur pour janvier, avec 25,6 °C à Vives dans les Pyrénées-Orientales. Le record remonte à 2013, lorsque 26,3 °C avaient été enregistrés à Eus.

Il fera encore doux ce vendredi, avant un nouveau changement de températures. « Les températures vont décliner un peu ces prochains jours mais remonter derrière, et on ne voit pas le bout de cet épisode de douceur sur les 15 prochains jours », nouvelle illustration du réchauffement climatique, indique Matthieu Sorel, climatologue à Météo-France.

Janvier 2024 pourrait de nouveau être plus chaud que les normales de saison et devenir le 24e mois d’affilée pour lequel les températures mensuelles ne sont pas inférieures aux moyennes de la période 1991-2020. Or ces références, toujours établies sur les trois précédentes décennies, sont déjà plus élevées que les moyennes de l’ère préindustrielle, illustrant l’effet accru du réchauffement climatique provoqué par les émissions de gaz à effet de serre liées à l’activité humaine.

À voir également sur Le HuffPost :

Météo France : après le froid glacial, une douceur « remarquable » et des records attendus entre mercredi et vendredi

La tempête Isha a semé le chaos dans les airs et a fait de ces vols un véritable enfer