Publicité

Météo France : vigilance orange canicule maintenue jusqu’à samedi, une baisse des températures lundi

Alors que l’épisode caniculaire inédit pour un mois de septembre se poursuit ce weekend des 9 et 10 septembre, Météo France envisage une baisse des températures à partir de lundi.
Meteologix : https://meteologix.com/fr/model-charts/euro/france/temperature/20230909-1200z.html

MÉTÉO - L’épisode caniculaire exceptionnel se poursuit et la chaleur ne retombera pas avant la fin du week-end. À partir de ce vendredi 8 septembre midi, 14 départements d’Île-de-France et du Centre-Val de Loire vont basculer en vigilance orange canicule, une première hors saison estivale, tandis que 37 autres départements seront en vigilance jaune. Scénario similaire samedi 9 septembre, avec les mêmes 14 départements en orange, et 31 autres en jaune.

Les départements concernés par cette vigilance exceptionnelle pour la saison sont : Paris, l’Indre, l’Indre-et-Loire, le Cher, le Loir-et-Cher, le Loiret, l’Eure-et-Loir, l’Essonne, la Seine-et-Marne, les Yvelines, le Val-d’Oise, le Val-de-Marne, la Seine-Saint-Denis et les Hauts-de-Seine.

À partir de ce vendredi 8 septembre à midi et jusqu’à samedi, 14 départements d’Île-de-France et du Centre-Val de Loire vont basculer en vigilance orange canicule.
À partir de ce vendredi 8 septembre à midi et jusqu’à samedi, 14 départements d’Île-de-France et du Centre-Val de Loire vont basculer en vigilance orange canicule.

La Bretagne, qui a eu très chaud ces derniers jours, battant des records locaux de températures notamment à Brest, respirera un peu plus à partir de ce vendredi, où de faibles averses pourraient même venir arroser la pointe ouest de l’Hexagone.

Des orages en début de semaine prochaine

Malgré ces quelques perturbations, les températures maximales grimperont tout de même à des niveaux très élevés ce vendredi, avec 26 à 28 degrés sur la Bretagne et les bords de Manche et de 30 à 34 degrés partout ailleurs. Le mercure culminera de 35 à 36 degrés sur la région parisienne, la région Centre-Val de Loire et le nord de l’Auvergne, prévient Météo France.

Mais quand est-ce que cet épisode de chaleur hors norme pour septembre va-t-il se terminer ? Météo France ne prévoit « aucun véritable rafraîchissement avant au moins dimanche prochain ». Comme vous pouvez le voir sur les cartes ci-dessous, sauf en Bretagne où les maximales descendront sous la barre des 25 degrés dimanche, de nombreuses régions bénéficieront de températures dignes d’un mois d’été jusqu’à lundi.

Le prévisionniste envisage tout de même des températures « en légère baisse samedi et surtout dimanche », mais ces dernières conserveront « des niveaux très élevés pour la saison ». Pour le début de semaine prochaine, les températures entameront « une nette baisse », tout en restant au-dessus des normales de saison, grâce à des orages qui apporteront des précipitations dans plusieurs régions, prévoit Météo France dans son bulletin de vendredi.

Fin d’oméga ?

À l’origine de cette situation exceptionnelle, un phénomène météorologique. En effet, l’Europe centrale, dont la France, est piégée dans un « blocage en oméga ». Comme nous vous l’expliquons dans notre vidéo ci-dessous, un anticyclone sur l’Europe de l’Est associé à une dépression au large du Portugal font remonter de l’air chaud d’origine saharienne sur l’Hexagone depuis plusieurs jours.

Ce phénomène devrait prendre fin en début de semaine prochaine, expliquent des experts météo et climat sur X (anciennement Twitter). « Le blocage en oméga et le dôme de chaleur se combleront en début de semaine prochaine au-dessus de l’Europe, mettant fin à une série de journées historiquement chaudes pour un mois de septembre », explique ainsi le météorologue Anthony Grillon. Son homologue Guillaume Jauseau entrevoit, lui, la fin du blocage en oméga « entre le 12 et le 14 septembre ». Malgré la disparition de l’oméga, les températures pourraient ainsi rester anormalement élevées jusqu’à mardi, en dépit de la baisse.

« C’est malheureusement totalement en cohérence avec le réchauffement climatique, a déploré la climatologue Christine Berne auprès de nos confrères de BFMTV, avant de poursuivre : Une vague de chaleur en septembre n’est pas quelque chose de nouveau en soi, mais cette chaleur est plus intense et elle peut durer plus longtemps ».

À voir également sur Le HuffPost :

L’été 2023 a été « de loin » le plus chaud jamais enregistré, selon l’observatoire Copernicus

En Grèce, la tempête Daniel entraîne des inondations impressionnantes dans l’est du pays