Publicité

Météo : "Devoir gérer l'incertitude est un immense défi"

En trente ans, les prévisions ont progressé de façon fulgurante, rappelle la météorologue Celeste Saulo, qui attribue cette réussite tout autant aux avancées technologiques qu'à la coopération entre les nations. Sa priorité à l'OMM, dont elle vient de prendre la tête : renforcer les systèmes d'alerte.

Cet article est issu du magazine Les Indispensables de Sciences et Avenir n°217 daté avril/ juin 2024.

Celeste Saulo est secrétaire générale de l'Organisation météorologique mondiale.

Sciences et Avenir - Les Indispensables : Qu'est-ce que la météo a de si passionnant pour que vous ayez décidé d'en faire votre métier… jusqu'à devenir secrétaire générale de l'Organisation météorologique mondiale ?

Celeste Saulo : J'ai toujours aimé la physique et les mathématiques, mais ce sont des disciplines très abstraites. La possibilité de les combiner avec quelque chose de tangible comme les nuages, le froid ou les tempêtes, de voir les processus physiques à l'œuvre dans la vie réelle, a pour moi été magique ! D'autant que je suis née en Argentine, un pays qui couvre de nombreuses latitudes des zones tropicales à l'Antarctique, avec par conséquent des conditions météorologiques très diverses.

À la fin de mes études, je me suis intéressée à la modélisation numérique et j'ai commencé une carrière d'enseignante et chercheuse, ce qui m'a amenée à me familiariser avec l'OMM par le biais de ses programmes de recherche. J'ai ensuite été choisie par mon gouvernement pour diriger le Service météorologique national argentin, avant d'assumer des fonctions de direction dans ma région et, finalement, à l'OMM elle-même en tant que vice-présidente. Devenir la première femme secrétaire générale de l'OMM a été un long parcours !

Quels sont vos objectifs pour l'OMM ?

Le principal est que d'ici à 2030 toutes les nations, en particulier les plus vulnérables, soient plus résilientes face aux phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes. Dans cette optique, le Congrès météorologique mondial de 2023 a fixé une priorité absolue : alerter. Les Nations unies - dont l'OMM est une constituante - ont lancé en 2022 une initiative appelée "Alertes précoces pour tous" qui doit être mise en place d'ici à 2027.

Entre 1970 et 2021, les phénomènes extrêmes ont en effet provoqué près de 12.000[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi