Mémoire. Avec WikiAfrica, les Africains prennent le pouvoir sur leur propre histoire

Reasons to be cheerful ()
·2 min de lecture

C’est une bible de connaissances et l’un des sites les plus visités du monde. Mais sur Wikipédia, les sujets qui concernent l’Afrique sont largement sous-représentés. En réaction, l’initiative WikiAfrica est née. Reasons to Be Cheerful raconte ce projet colossal.

“Sur Wikipedia, il y a plus d’informations sur la France que sur tout le continent africain”, s’exclame le blog d’information Reasons to Be Cheerful. Histoire, politique, divertissement… En tout point, l’Afrique est la grande absente des contenus proposés par Wikipédia. Adama Sanneh, élevé à Milan par une mère italienne et un père sénégalo-gambien, a mesuré l’ampleur du problème et ses conséquences après avoir travaillé en Afrique de l’Est.

En 2018, il crée l’initiative WikiAfrica Education, qui rassemble des centaines de citoyens du continent africain et de sa diaspora. Tous poursuivent le même objectif : produire et diffuser des connaissances sur l’Afrique, depuis l’Afrique. Pour y parvenir, Wikipédia, l’un des sites les plus consultés du monde (7 milliards de visites par mois), est apparu comme une évidence à Adama Sanneh. Les participants enrichissent Wikipedia de connaissances sur le continent africain en créant de nouvelles pages.

Armés de livres et de savoirs

Un des événements de lancement de WikiAfrica a eu lieu à Johannesburg, en Afrique du Sud, en 2019. Pour l’occasion, le grand complexe du Constitution Hill Trust de la ville a été investi par des jeunes, armés de livres et d’ordinateurs. Face à eux, des militants, des spécialistes, des chercheurs se tenaient debout, et ont raconté des histoires sur les riches heures de l’Afrique du Sud, rapporte Reasons to Be Cheerful. :

Des Sud-Africains emblématiques tels que le juge Edwin Cameron [membre de la Cour suprême, premier officiel sud-africain à déclarer publiquement sa séropositivité] et l’avocat Dumisa Ntsebeza [avocat et militant

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :