Pour Mélenchon, Adrien Quatennens a eu raison de revenir à l’Assemblée nationale

Jean-Luc Mélenchon, invité de l’émission « L’Événement » sur France 2, a estimé qu’Adrien Quatennens devra « regagner ses galons ».

POLITIQUE - Adrien Quatennens, condamné pour violences conjugales, a eu raison de revenir à l’Assemblée nationale, a estimé ce jeudi 12 janvier Jean-Luc Mélenchon, soulignant que le député LFI, « un ami très cher », allait toutefois devoir « regagner ses galons ».

L’élu du Nord, qui était absent du Palais Bourbon depuis septembre, a-t-il bien fait de revenir mercredi à l’Assemblée ? « À mon avis oui », a répondu Jean-Luc Mélenchon, invité de l’émission « l’Événement » sur France 2.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Adrien Quatennens, condamné en décembre à quatre mois de prison avec sursis pour des « violences » sur son épouse, et suspendu par son groupe jusqu’en avril, « a été longuement puni », a fait valoir le chef de file des Insoumis.

« Et pas que lui. Nous. Parce que nous, depuis cinq mois on ne peut pas faire une interview, pas faire une rencontre, sans être obligé de parler de ce sujet », a-t-il encore déploré, pointant des divergences d’appréciation sur le cas Quatennens au sein même de LFI.

Quatennens devra « regagner ses galons »

« Il a été puni, nous avons été punis, alors même que nous avions pris les décisions. Maintenant on applique les décisions et c’est bien, et ça suffit », a estimé Jean-Luc Mélenchon, qui s’exprimait depuis la Guyane où il effectue une semaine de déplacements.

Adrien Quatennens, qui siège désormais parmi les députés non inscrits, devra « regagner ses galons, il le sait », a souligné Jean-Luc Mélenchon, qui considère le député comme « un ami très cher », à qui il « garde toute (s)on affection ».

Le retour d’Adrien Quatennens au Palais Bourbon mercredi a suscité la controverse, jusque dans les rangs des Insoumis où des militants appellent à aller au-delà d’une exclusion temporaire. Le député Alexis Corbière a évoqué jeudi une « clause de revoyure » pour que le groupe puisse décider en avril s’il veut augmenter la sanction.

VIDÉO - Jean-Luc Mélenchon s'explique sur son tweet de soutien à Adrien Quatennens

Lire aussi

Corruption, violences sexistes et sexuelles : pourquoi l’inéligibilité peut renforcer la République

Manuel Bompard à la tête de LFI : Mathilde Panot peine à justifier le mode de désignation

undefined