Méditerranée. Le Liban, nouveau théâtre du bras de fer entre Macron et Erdogan

Daraj (Beyrouth)
·2 min de lecture

L’interventionnisme grandissant au pays du Cèdre de la part de la France et de la Turquie doit être analysé à l’aune des divergences stratégiques qui opposent ces deux pays, explique ce site libanais.

La confrontation entre Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan, entre lesquels les sujets de dissension ont été nombreux ces derniers mois, se joue également au Liban, analyse Daraj, qui consacre un article au rôle grandissant de la Turquie dans ce pays.

À lire aussi: Moyen-Orient. Erdogan veut imposer la culture turque jusqu’au Liban

Le président Erdogan “cherche à s’imposer comme le nouveau père des sunnites” libanais, “notamment après le recul du rôle de l’Arabie Saoudite sur ce plan”, note le site libanais. Cette nouvelle donne serait l’une des raisons qui ont précipité le lancement, en août 2020, de ce que la presse libanaise a appelé “l’initiative française” pour sortir le Liban de sa pire crise économique et politique depuis la fin de la guerre civile (1975-1990). Après l’explosion du 4 août, Emmanuel Macron s’était très rapidement rendu à Beyrouth, et avait appelé sans succès à la formation d’un gouvernement de technocrates, chargé de mener des réformes économiques de fond.

La France, qui considère le Liban comme son “fils chéri”, “est inquiète de l’accroissement de l’influence turque au Liban, particulièrement au vu du rôle important joué par la Turquie dans la crise syrienne”, affirme le site.

À lire aussi: Vu de Beyrouth. “Il nous faut quelqu’un comme Macron pour diriger le Liban”

Par ailleurs, il y a plus d’un an, la Turquie s’était emparée d’une bande frontalière de plus de 100 kilomètres à l’intérieur de la Syrie, où elle combat les forces kurdes qu’elle qualifie de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :