Publicité

Les médicaments pour les otages et les civils Palestiniens sont arrivés à Gaza

La livraison de la première cargaison de médicaments pour les otages détenus par le Hamas intervient dans la cadre d'un accord conclu, par l'intermédiaire d'une médiation de la France et du Qatar. Il s'agit du premier accord conclu entre le Hamas et Israël depuis le cessez-le-feu d'une semaine en novembre.

Cet accord pourrait apporter un répit à certains des quelques 100 otages qui restent en captivité, ainsi qu'aux Palestiniens de Gaza qui ont désespérément besoin d'aide. Mais les combats font toujours rage dans de nombreuses parties de l'enclave assiégée, et la fin de la guerre - ou la libération des otages - paraît encore loin.

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères du Qatar, Majed al-Ansari, a annoncé mercredi en fin de journée sur X (ex-Twitter), que la cargaison avait atteint Gaza, sans préciser quand ni comment les médicaments seraient distribués.

"Au cours des dernières heures, des médicaments et de l'aide sont entrés dans la bande de Gaza, en application de l'accord annoncé hier au profit des civils de la bande, y compris les otages", a-t-il écrit.

Un haut responsable du Hamas a déclaré que pour chaque boîte fournie aux otages, 1 000 boîtes de médicaments seraient envoyées aux Palestiniens. L'accord prévoit également l'acheminement de l'aide humanitaire aux habitants de Gaza.

Selon le Qatar, les médicaments seront livrés aux otages par le ministère de la santé dans le territoire dirigé par le Hamas. Il n'a pas été possible de savoir immédiatement quand les médicaments seraient livrés, ni comment la remise serait vérifiée. Le fonctionnaire a parlé sous le couvert de l'anonymat parce qu'il discutait des efforts diplomatiques déployés en coulisses.

La diplomatie française fait savoir qu'il a fallu des mois pour organiser l'envoi des médicaments. Le Qatar, qui a longtemps servi de médiateur avec le Hamas, a aidé à négocier l'accord qui fournira trois mois de médicaments pour des maladies chroniques à 45 des otages, ainsi que d'autres médicaments et des vitamines. Plusieurs hommes âgés font partie des otages restants.

Moussa Abu Marzouk, un haut responsable du Hamas, a déclaré que le Comité international de la Croix-Rouge livrerait tous les médicaments, y compris ceux destinés aux otages, aux hôpitaux desservant toutes les parties de Gaza. Le CICR s'est refusé à tout commentaire.

L'accord est intervenu 100 jours après le début du conflit et alors que les militants palestiniens continuent de résister à Gaza face à l'une des campagnes militaires les plus meurtrières de l'histoire récente. Plus de 24 000 Palestiniens ont été tués. Quelque 85 % des 2,3 millions d'habitants de l'étroit territoire côtier ont fui leur domicile et les Nations unies affirment qu'un quart de la population est affamée.

Le dernier accord conclu fin novembre entre Israël et le Hamas a débouché sur une trêve temporaire en échange de la libération de plus de 100 otages, pour la plupart des femmes et des enfants, et de la libération de dizaines de Palestiniens emprisonnés par Israël.