Publicité

Ce médicament innovant pourrait réduire le risque de décès de plus de 50% après un AVC

Alors que chaque année, 150 000 personnes sont victimes d'un accident vasculaire cérébral (AVC) en France, les résultats d'une récente étude menée par des chercheurs hexagonaux offrent une lueur d'espoir dans le traitement des AVC. Des chercheurs français ont découvert que le Glenzocimab, un médicament innovant, pourrait réduire le risque de décès de plus de 50%. Il est destiné à fluidifier le sang et à être utilisé en complément du traitement standard pour les AVC. Publiée mardi 23 janvier dans la revue The Lancet Neurology, l'étude Actimis d'Acticor Biotech, qui a développé ce traitement, a montré que le Glenzocimab permettait une baisse de la mortalité et une meilleure récupération chez les patients ayant subi un AVC ischémique aigu. L'étude a été réalisée sur plus de 160 patients dans six pays européens.

Interrogé par TF1, le professeur Mikael Mazighi, chef du service de neurologie à l'hôpital Lariboisière de Paris et l'un des auteurs de l'étude, explique que le médicament empêche «la formation des caillots sans augmenter le risque hémorragique». Les patients de l'étude ont reçu le Glenzocimab en complément du traitement standard de thrombolyse pour les AVC. Les résultats ont montré que les patients qui n'ont pas reçu le médicament avaient un taux de mortalité de 19%, tandis que ceux qui ont reçu le médicament ont vu ce taux réduit à 8%, soit une diminution de plus de 50%.

En plus de la baisse de la mortalité, l'étude a également observé une diminution du nombre de handicaps (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Chandeleur : définition, origine et date de la fête des crêpes
Avion : les informations que contient le code-barres de votre carte d’embarquement
Malgré l’inflation, les Français sont prêts à dépenser plus d'argent sur les applis de rencontre
Casino : quels magasins vont rester sur le carreau ?
Pourquoi le roquefort et le camembert pourraient disparaître de nos rayons