Publicité

"Ma mère était complètement outrée" : le frère de Gérard Depardieu prend la parole dans Complément d’enquête

Après un numéro consacré à Cyril Hanouna qui a attiré trois millions de téléspectateurs, de nouveau, Complément d’enquête frappe fort. Ce jeudi 7 décembre, c’est Gérard Depardieu qui était au cœur du magazine de France 2 présenté par Tristan Waleckx. "C’est un monument du cinéma français qui a toujours excellé dans les rôles de provocateur...et si Gérard Depardieu était devenu son propre personnage dans Les valseuses, misogyne, grossier, voire carrément un agresseur ?", c’est avec cette question que le présentateur a ouvert son magazine annonçant un reportage "sur les dérives d’un monstre sacré du grand écran". Au mois d’avril, Gérard Depardieu a été visé par de graves accusations. Mediapart dévoilait une enquête de plusieurs mois et faisait état des témoignages de 13 femmes. Toutes l’accusent de violences sexuelles. Parmi elle : la comédienne Charlotte Arnould. En 2018, elle a porté plainte contre Gérard Depardieu à deux reprises. Ami des parents de la victime présumée, Gérard Depardieu l’a côtoyée pendant plusieurs années. "Une jeune femme est venue chez moi une première fois, le pas léger, montant de son plein gré dans ma chambre. Elle dit aujourd'hui y avoir été violée Il n'y a jamais eu entre nous ni contrainte, ni violence, ni protestation", avait écrit Gérard Depardieu dans une lettre ouverte publiée dans Le Figaro. Aujourd’hui, le grand frère de l’acteur réagit. Dans le numéro de Complément (...)

Lire la suite sur Closer

Fabien Lecoeuvre : ces photos de lui "impubliables" dont il a racheté une grande partie
"Rien ne peut être fait" : une jeune femme au mode de vie ultra sain pense avoir un simple mal de dos, le diagnostic la dévaste
Jade Hallyday laissée pour compte par Luana Belmondo ? La cheffe dévoile la véritable raison de sa distance
Astrologie 2023 : ce qui attend le signe du Scorpion en décembre sur le plan familial
Maria Callas : ce dernier coup de téléphone d’Aristote Onassis qu’elle n’a jamais reçu