Publicité

La lutte des classes (France 2) : Leïla Bekhti et Édouard Baer en plein dilemme sur la mixité sociale

Auteurs du scénario, Michel Leclerc (Le Nom des gens, Télé gaucho…) et sa compagne, Baya Kasmi, ont fait face au problème « tout sauf drôle » que bien des parents rencontrent, dans les quartiers dit sensibles : pour leurs rejetons, école publique ou privée ? Sous leur plume affûtée, leur histoire est devenue une comédie gonflée et vivifiante, tournée à Bagnolet (93), à l’école Jean-Jaurès, où allait leur enfant. « Nous avons fait ce film pour désamorcer nos peurs. Et puis, j’ai envie de faire marrer les gens. Transformer la lourdeur en légèreté, c’est mon boulot », souligne Michel.

À lire également

"Je suis vraiment une vieille pute" : Edouard Baer se lâche en faisant des parodies dans C à vous (VIDEO)

DU VÉCU À LA FICTION

Baya et Michel deviennent donc, à l’écran, Sofia et Paul, des bobos parisiens qui emménagent en proche banlieue. Elle, d’origine maghrébine, est une brillante avocate issue de la méritocratie. Lui est un dandy libertaire, chanteur-batteur d’un groupe punk qui a connu, autrefois, son quart d’heure de célébrité. Ils croient aux valeurs de partage, aux bienfaits de la mixité, et ont foi en l’école de la République. Jusqu’au jour où leur fils, Corentin (Tom Levy), leur demande ...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi