Publicité

L'Unicef estime que la quasi-totalité des enfants de Gaza ont besoin d'un soutien psychologique

La situation humanitaire dans l'enclave palestinienne empire quotidiennement. L'Unicef a déclaré, ce vendredi 2 février, que 17.000 enfants à Gaza étaient laissés sans accompagnement ou séparés de leur famille en raison du conflit en cours, et que la quasi-totalité des enfants de l'enclave palestinienne avaient besoin d'un soutien psychologique.

"Ils (les enfants) présentent des symptômes tels que des niveaux extrêmement élevés d'anxiété persistante, une perte d'appétit. Ils ne peuvent pas dormir, ils ont des crises émotionnelles ou ils sont pris de panique chaque fois qu'ils entendent un bombardement", a déclaré Jonathan Crickx, chef de la communication de l'Unicef pour les Territoires palestiniens occupés.

"Avant cette guerre, l'Unicef estimait déjà que 500.000 enfants à Gaza avaient besoin d'un soutien psychosocial. Aujourd'hui, nous estimons que presque tous les enfants ont besoin de ce soutien, soit plus d'un million d'enfants", a-t-il ajouté.

--

Dans la bande de Gaza, les combats sont toujours intenses. en dépit de "premiers" signes laissant entrevoir une nouvelle trêve et la libération d'otages, après bientôt quatre mois de guerre.

Durant la nuit de jeudi à vendredi, des témoins palestiniens ont fait état de raids israéliens dans le centre et le sud de la bande de Gaza, notamment dans le secteur de Khan Younès, deuxième ville du territoire où se concentrent ces dernières semaines les opérations israéliennes. Et le ministère de la Santé du Hamas a dénombré au moins 105 civils tués dans la soirée et la nuit à travers Gaza.

En parallèle de ces combats au sol, la diplomatie s'active en coulisses pour tenter d'imposer une seconde trêve, plus longue que celle d'une semaine en novembre dernier et qui avait permis la libération d'une centaine d'otages retenus à Gaza et de près de 300 Palestiniens écroués en Israël.

Article original publié sur BFMTV.com