Publicité

L'une des maladies les plus meurtrières est beaucoup plus vieille que l'on ne pensait

Aujourd'hui éradiquée, la variole était l'une des maladies humaines les plus dévastatrices, responsable de la mort d'au moins 300 millions de personnes au XXème siècle. Les documents historiques suggèrent la présence de la maladie il y a 3 500 ans, mais des chercheurs italiens viennent de découvrir que le virus remonte à 2 000 ans de plus que ce que pensaient les scientifiques jusqu’à présent.

L’équipe de l'Institut scientifique Eugenio Medea et de l'Université de Milan en Italie a étudié les séquences génétiques d’échantillons de virus variolique (VARV) responsable de l’infection. Ces échantillons comprenaient des anciens génomes de l'ère viking, des génomes des 17e et 18e siècles, et des séquences datant d'avant 1980, année de l'éradication de la variole.

Grâce à toutes ces séquences virales, les chercheurs ont pu reconstituer l'histoire évolutive du virus. Jusqu'à présent, les premières preuves génétiques de la variole ne dataient que des années 1600, mais leur travail montre que l'ancêtre du VARV s'est séparé de ses parents il y a environ 7 700 ans. Ce qui suggère que l’agent pathogène a pu se propager aux humains il y a environ entre 8 000 et 4 000 ans.

Ces estimations vont dans le même sens que d’autres travaux de recherche. Plusieurs études ont montré que la variole existait bien avant les Vikings. Des cicatrices suspectes ont été retrouvées sur des momies égyptiennes antiques, dont le pharaon Ramsès V décédé en 1157 avant notre ère. En 2020, des scientifiques, qui ont travaillé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Nouvel An Chinois : histoire et signification du symbole des animaux du zodiaque
Egypte antique : médecine de pointe au pays des momies
On sait maintenant pourquoi les batiments antiques romains resistent si bien au temps
Comment déchiffrer les écritures anciennes et des symboles inconnus ?
Prêtres, scribes… les figures incontournables de l'Egypte antique