Publicité

Loutres, Homo sapiens cap au nord, poissons-clowns : l'actu des sciences en ultrabrèves

Au sommaire des ultrabrèves du 2 février 2024 : les loutres limitent l'érosion dans un estuaire californien, des Homo sapiens se sont aventurés au nord-ouest de l'Europe bien avant Neandertal, les poissons-clowns savent compter les bandes sur leurs congénères.

L'actu des sciences du 2 février 2024, c'est :

En animaux : Quand des loutres de mer affamées freinent l’érosion d’un estuaire californien

  • Dans les criques et marais californiens, les berges sont fragilisées par les crabes qui creusent des trous et grignotent des racines, mais les loutres en mangeant les crabes luttent contre cette érosion.

  • Les chercheurs se sont focalisés sur la région d'Elkhorn Slough, en Californie, car la loutre y avait quasiment disparu car chassée pour sa fourrure, avant d'y être réintroduite.

  • Les chercheurs sont formels : la loutre est une "clé de voûte" de l'écosystème. Reconstruire les marais coûterait des dizaines de millions de dollars alors que les loutres les maintiennent gratuitement.


En archéo : Quand Homo sapiens s'aventurait dans le froid du nord européen, il y a 45 000 ans

  • Ce sont les plus anciennes traces d'Homo sapiens trouvée autant au nord en Europe. Notre ancêtre semble donc être arrivé dans cette région plusieurs milliers d'années avant la disparition de Neandertal.

  • Des chercheurs de l'institut Max Planck ont réalisé des fouilles à 8 mètres de profondeur dans un site qui avait déjà accueilli une première phase de recherche dans les années 1930.

  • Leurs résultats montrent que les squelettes trouvés appartenaient à Homo sapiens : la théorie d'une grande vague d'arrivée sur le continent s'effrite au profit d'une avancée par vaguelettes.


En animaux : Découverte : les poissons-clowns comme Nemo savent compter

  • Le poisson-clown Amphiprion ocellaris, rendu célèbre par le film de Pixar, vit en harmonie avec les anémones dont le pouvoir urticant ne l'atteint pas, le poisson étant recouvert d'un mucus protecteur.

  • Des chercheurs ont voulu comprendre à quoi servent les bandes blanches caractéristiques de certains poissons-clowns, des bandes qui apparaissent quand l'animal grandit.

  • Il semblerait que les poissons savent différencier leurs congénères en fonction du nombre de bandes dont ils sont ornés, lequel est caractéristique de l'âg[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi