Publicité

L'origine de la vie sur Terre : un échantillon d'astéroïde contient peut-être la réponse

L'origine de la vie sur Terre : un échantillon d'astéroïde contient peut-être la réponse

Un peu de poussière va être exposé au Musée d'histoire naturelle de Londres. Attendez, ne partez pas, il ne s'agit pas de n'importe quel grain de poussière.

Il s'agit d'un échantillon d'astéroïde qui contient à la fois des indices sur les origines de la vie sur Terre et sur la possibilité d'y mettre fin. J'ai votre attention ?

Bénou est un astéroïde proche de la Terre qui tourne également autour du Soleil. Il se déplace à une distance d'environ 120 millions de kilomètres de nous, mais cela n'a pas empêché une mission spatiale de la NASA de tenter d'établir un contact.

Après un voyage de plus de sept ans, la mission OSIRIS-REx a pu prélever un échantillon de Bénou et revenir sur Terre, atterrissant en Utah aux Etats-Unis. Les scientifiques pensent que l'échantillon de l'astéroïde pourrait être une "capsule temporelle intacte du début du système solaire" et pourrait permettre de comprendre comment la Terre s'est formée et quelles sont les origines de la vie.

101955 Bennu - son nom complet - a été nommé d'après l'oiseau mythologique de l'Égypte ancienne, associé au dieu Soleil Râ, à la création et à la renaissance. Le Bénou égyptien est souvent considéré comme une source d'inspiration pour le mythe du phénix.

On pense que Bénou s'est formé lors de la création de la Voie lactée, il y a 4,56 milliards d'années. Lors de la formation du Soleil une réaction en chaîne s'est déclenchée, générant de nombreuses molécules et substances chimiques et créant des disques qui orbitaient en anneau autour du Soleil.

L'astéroïde Bénou
L'astéroïde Bénou - NASA/Goddard/University of Arizona/Lockheed Martin

Dans ces disques protoplanétaires, des matières telles que l'eau et le fer se sont formées en masses plus importantes, et se sont finalement rassemblées pour créer des planètes. Les scientifiques pensent que Bénou pourrait être un exemple de l'une des premières masses créées par ce phénomène, avant la formation des planètes de notre système solaire.

L'enthousiasme suscité par l'étude de ce potentiel élément constitutif de la Terre est palpable dans les commentaires du Dr Ashley King, chercheur en météorites au Musée d'histoire naturelle de Grande-Bretagne. "C'est un peu comme une brique originelle de notre système solaire", explique-t-il.

"Quand on pense à la formation de la planète Terre, tous les ingrédients sont également contenus dans Bénou. Nous voulons donc démêler l'histoire de Bénou et en savoir plus sur l'origine du système solaire et sur l'histoire de la Terre", poursuit Ashley King.

Habituellement, les scientifiques ne peuvent étudier que les météorites, c'est-à-dire les astéroïdes qui tombent sur la Terre. Or ces derniers sont irrémédiablement modifiés par leur contact avec l'atmosphère terrestre. La possibilité d'étudier un astéroïde dont l'échantillon a été prélevé dans l'espace signifie que les conditions sont plus vierges et permettent de tirer de meilleures conclusions.

"Nous pensons que cet échantillon provient du type d'astéroïde qui pourrait être à l'origine de l'arrivée de l'eau sur Terre", explique Helena Bates, chercheuse au Muséum d'histoire naturelle. Elle poursuit : "Lorsque la Terre s'est formée, l'environnement était plutôt sec et nous pensons que de l'eau a été apportée par une source extraterrestre à un moment donné au cours de l'évolution ultérieure de la Terre. Nous pensons que Bénou pourrait être représentatif du type d'astéroïde qui a apporté de l'eau à la Terre".

Mais ce n'est pas seulement de l'eau qu'ils recherchent. La chasse est également ouverte aux composants organiques - des molécules contenant du carbone - qui pourraient être à l'origine de la vie sur Terre.

Oups !
Oups ! - Canva

Mais si Bénou est généreux, il n'en reste pas moins dangereux. L'astéroïde est un des plus surveillés de tout le système solaire.

Bénou se trouve sur une orbite autour du Soleil assez semblable à celle de la Terre. Cela signifie qu'à plusieurs reprises, les scientifiques ont prédit qu' il pourrait entrer en contact avec notre planète.

Les meilleures estimations actuelles d'un impact potentiel font état d'une collision directe entre 2175 et 2300, avec une probabilité de 0,037 %.

Il ne s'agit donc pas d'un événement très probable. Mais s'il se produisait, les résultats seraient dévastateurs. La collision produirait l'équivalent de plus de 1 200 mégatonnes de TNT, soit plus de 20 fois la puissance de la Tsar Bomba, l'arme nucléaire la plus puissante jamais testée.