Publicité

Les Lords infligent un revers au “plan Rwanda” de Rishi Sunak

“Premier revers pour le projet de loi Rwanda chez les Lords”, titre The Times. Lundi 22 janvier, les parlementaires de la chambre haute, au Royaume-Uni, ont voté une motion qui demande des garanties supplémentaires avant la ratification d’un traité conclu avec le Rwanda devant permettre d’expulser des demandeurs d’asile vers le pays africain, comme tente de le faire depuis longtemps le gouvernement tory.

Un accord signé le mois dernier “pour répondre aux inquiétudes de la Cour suprême”, qui a jugé illégal le plan que défend le Premier ministre, Rishi Sunak, du fait des risques qu’encourraient les demandeurs d’asile. “Le traité engage les deux pays à mettre en place des garde-fous légaux et des infrastructures supplémentaires pour remédier aux déficiences du système d’asile rwandais”, explique le journal. Mais ces garde-fous restent “incomplets”, selon une commission parlementaire présidée par lord Peter Goldsmith, ancien procureur général à l’époque du travailliste Tony Blair.

Des avancées attendues

Les Lords, qui se sont prononcés à 214 voix contre 171, veulent voir une série d’avancées avant la ratification du traité. Comme le souligne le journal conservateur, c’est la première fois que la chambre haute (où les conservateurs n’ont pas la majorité) utilise une loi de 2010 afin de repousser l’entrée en vigueur d’un traité international.

Toutefois, précise The Times, les Lords “n’ont pas le pouvoir de bloquer la ratification d’un traité et le gouvernement peut passer outre”. Malgré tout, “cela inflige un revers à la politique de Sunak sur le Rwanda et menace de retarder les premiers vols vers Kigali”. Le gouvernement a, en principe, jusqu’au 21 mars pour répondre.

De mauvais augure pour Rishi Sunak

C’est un mauvais signal, confirme The Independent, pour le projet de loi visant à faire du Rwanda un pays “sûr” soumis aux Lords après son approbation par la chambre basse. “Ce premier coup asséné par les Lords indique que le chemin risque d’être rude pour le texte à la chambre haute, malgré l’appel de Sunak à ne pas faire obstacle à la ‘volonté du peuple’”, comme l’a déclaré le Premier ministre la semaine dernière.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :