Publicité

L'ONU alerte sur la situation des enfants d'Afrique qui "subissent de plein fouet" le changement climatique

Selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance publié vendredi, les enfants de 48 des 49 pays africains évalués entrent dans la catégorie "à risque élevé ou extrêmement élevé" de subir les impacts du changement climatique.

Les enfants du continent africain "subissent de plein fouet" les conséquences du changement climatique mais demeurent "cruellement" négligés par les financements destinés à répondre à la crise climatique, ont déploré les Nations unies vendredi.

L'Afrique, continent d'1,2 milliard d'habitants, abrite certains des pays au monde les moins émetteurs de gaz à effet de serre mais elle est en première ligne des événements météorologiques extrêmes (sécheresses à répétition, inondations, cyclones, vagues de chaleur).

"Vulnérabilité physiologique" et "accès insuffisant"

Selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance, l'Unicef, publié vendredi, les enfants de 48 des 49 pays africains évalués entrent dans la catégorie "à risque élevé ou extrêmement élevé" de subir les impacts du changement climatique.

"Il est clair que les populations les plus jeunes du continent africain subissent de plein fouet les effets du changement climatique", a déclaré Lieke van de Wiel, directrice adjointe de l'Unicef pour la région Afrique de l'Est et Afrique australe.

"Elles sont les moins aptes à y faire face, en raison de leur vulnérabilité physiologique et d'un accès insuffisant aux services sociaux essentiels."

Pourtant, relève l'Unicef, les enfants du continent "restent extrêmement négligés par les principaux flux de financement climatique nécessaires pour les aider à s'adapter, à survivre et à répondre à la crise climatique". Les enfants du Nigeria, de Guinée, de Guinée-Bissau, du Tchad, de République centrafricaine et de Somalie sont les plus exposés, selon l'organisation.

Appel à une hausse des financements de la part du privé

L'Unicef souligne dans son rapport que moins de 3% des financements mondiaux de lutte contre le changement climatique ciblent les enfants, appelant à une hausse de ces financements, notamment de la part du secteur privé.

"Nous devons concentrer davantage les financements sur ce groupe, afin qu'il soit équipé pour faire face aux bouleversements climatiques tout au long de sa vie", a plaidé Lieke van de Wiel.

Ce rapport est publié à quelques jours du premier "Sommet africain pour le climat" qui débutera lundi dans la capitale kényane Nairobi.

Le sommet lancera les quatre mois les plus chargés de l'année pour les négociations climatiques internationales, qui culmineront avec une bataille sur la fin des énergies fossiles à la COP28 à Dubaï en décembre.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Comment le changement climatique intensifie les ouragans