"Aussi longtemps que nécessaire": Scholz et Macron continueront à soutenir l'Ukraine

Emmanuel Macron et Olaf Scholz avant qu'ils n'assistent à une cérémonie dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire de la signature du traité de l'Élysée, au Grand Palais de la Sorbonne, le 22 janvier 2023. - Ludovic Marin / AFP
Emmanuel Macron et Olaf Scholz avant qu'ils n'assistent à une cérémonie dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire de la signature du traité de l'Élysée, au Grand Palais de la Sorbonne, le 22 janvier 2023. - Ludovic Marin / AFP

Des annonces aussi scrutées que leurs retrouvailles. Alors qu'Emmanuel Macron reçoit Olaf Scholz ce dimanche, à l'occasion de la célébration du 60e anniversaire de la signature du traité de l'Élysée, visant à l'époque à sceller la réconciliation entre la France et l'Allemagne, le président français et le chancelier allemand ont tenté de retrouver un terrain d'entente.

En octobre, le traditionnel rendez-vous annuel entre les deux pays avait notamment dû être reporté en raison de dissensions sur une série de sujets-clés, de l'énergie à la défense.

Pour justifier cette mésentente, Olaf Scholz a filé la métaphore de ce "moteur franco-allemand" qui souvent "ronronne doucement", qui "ne marche pas à coups de flatteries" mais par la "ferme volonté de toujours transformer les controverses" en "action convergente".

Et Emmanuel Macron de s'autoriser un moment de poésie lors de ce discours à La Sorbonne: "Deux âmes dans une même poitrine, c’est nous". Pour le chancelier, l'amitié franco-allemande "symbolise une Europe unie".

"L'Allemagne et la France, parce qu'elles ont défriché le chemin de la réconciliation, doivent devenir pionnière pour la refondation de notre Europe", a déclaré Emmanuel Macron.

Le président français a notamment cité la nécessité de "bâtir un nouveau modèle énergétique", d'encourager "l'innovation et les technologies de demain" ou de favoriser une "Union européenne capable de s'assumer comme puissance géopolitique à part entière, en matière de défense, en matière spatiale, en matière diplomatique".

Continuer le soutien à l'Ukraine

Alors que les combats font toujours rage à la frontière de l'UE, Olaf Scholz a promis de continuer à "fournir à l'Ukraine, aussi longtemps que nécessaire, tout le soutien dont elle aura besoin".

"Ensemble, en tant qu'Européens, afin de défendre notre projet de paix européen", a ajouté le chancelier allemand.

Mais une question reste sans réponse: l'Allemagne se décidera-t-elle à livrer ses tanks Leopard à l'armée ukrainienne? Au moment où la pression grandit sur Berlin, les deux dirigeants pourraient en discuter cet après-midi à l'Élysée, lors d'un conseil des ministres franco-allemand.

Un billet de train destiné à favoriser les voyages des jeunes entre les deux pays va par ailleurs être lancé.

Parallèlement aux gouvernements, des délégations parlementaires des deux pays se sont aussi retrouvées à Paris. La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet et son homologue du Bundestag, Bärbel Bas, ont rendu hommage au Panthéon à Simone Veil, "une grande Européenne" et "une femme de convictions" dont elles ont dit vouloir porter le "flambeau".

Article original publié sur BFMTV.com