Publicité

Londres: un restaurant casher vandalisé, des messages pro-palestiniens retrouvés à proximité

Une attaque que la police ne considère pas à ce stade comme antisémite, mais qui en a de nombreuses caractéristiques. Un restaurant casher de Londres, dont les gérants sont juifs, a été vandalisé et victime d'un cambriolage lundi et des tags "Free Palestine" ont été retrouvés sur des ponts à proximité, rapport plusieurs médias britanniques dont The Telegraph et The Independent.

Ces événements ont eu lieu deux jours après les attaques du Hamas en Israël et le début de la riposte israélienne.

Quartier juif de Londres

La vitrine du restaurant a été brisée et la caisse a été dérobée au cours d'une attaque pour laquelle le voisinage du restaurant, situé à Golders Green, considéré comme l'un des quartiers juifs de Londres, suspecte des motivations antisémites.

"Nous ne savons pas qui a fait ça. Ils ont défoncé la vitrine avec une bonbonne de gaz vers 3 heures du matin", a expliqué le gérant à The Independent.

La police a indiqué avoir eu accès à des images de vidéosurveillance et que l'incident ne pouvait pas être considéré comme "crime de haine" pour le moment, notamment car plusieurs cambriolages auraient eu lieu dans le quartier récemment.

"Aucune tolérance pour la haine" promet le maire

Le Telegraph précise qu'il est peu probable que cette attaque relève de la "coïncidence", selon des habitants juifs et d'autres gérants de commerces du quartier qui se sont rassemblés en soutien au magasin visé, de même que pour un député de la circonscription.

"Il n'y a aucune tolérance pour la haine dans notre ville", a écrit le maire de Londres Sadiq Khan dans un message publiée sur X (anciennement Twitter).

"Je reste en contact étroit avec la police métropolitaine. Quiconque a fait cela devra faire face à la pleine force de la loi. Je suis aux côtés des Londoniens juifs, aujourd'hui et toujours", a-t-il également fait savoir.

Dans ce contexte, la secrétaire d'État à l'Intérieur (équivalent du ministre de l'Intérieur en France) Suella Bravermen, a annoncé avoir écrit aux 43 chefs de police en Angleterre et au Pays de Galles afin de leur demander d'utiliser "tous les pouvoirs disponibles" pour empêcher les actes antisémites.

Elle a affirmé que des policiers devaient agir "immédiatement" contre ces actes et ne tolérer aucun soutien au Hamas, un acte illégal dans la mesure où l'organisation est interdite et considérée comme terroriste au Royaume-Uni.

Article original publié sur BFMTV.com