Publicité

Ce que l'on sait de la plainte pour harcèlement déposée contre Lizzo

Ce que l'on sait de la plainte pour harcèlement déposée contre Lizzo

Les accusations contre Lizzo vont-elles s'accumuler? Une semaine après les poursuites judiciaires lancées à son encontre par trois anciennes employées, les avocats des plaignantes assurent avoir reçu de nouveaux témoignages d'au moins six personnes qui se présentent comme d'anciens collaborateurs de la star américaine.

"Certaines de ces accusations pourraient faire l'objet de poursuites, mais il est encore trop tôt pour le dire", a déclaré Rob Zambrano, conseil des accusatrices à NBC News.

La chanteuse est dans la tourmente depuis la révélation d'une procédure judiciaire initiée par trois danseuses de sa tournée mondiale, le Special Tour, qui s'est achevée fin juillet au Japon. Elles l'accusent notamment de faits de "harcèlement, de discrimination et d'agression", selon les documents consultés par l'AFP. Retour sur les éléments connus de l'affaire.

• Qui sont les accusatrices

La plainte a été déposée à Los Angeles, en Californie, par les danseuses Arianna Davis, 24 ans, Crystal Williams, 26 ans, et Noelle Rodriguez, 25 ans. Les deux premières ont été embauchées en remportant l'émission Lizzo's Watch Out for the Big Grrrls, une télé-réalité diffusée en 2022 dont le premier prix était un contrat avec la chanteuse. La troisième s'est embarquée sur la tournée après avoir tourné dans le clip Rumors, d'après People Magazine.

Le cabinet d'avocats qui les représente a précisé que les deux premières "ont finalement été renvoyées, alors que Mme Rodriguez a démissionné face (au) comportement affligeant (de Lizzo)."

• Ce qui est reproché à Lizzo

Les trois plaignantes ont fait état de "harcèlement sexuel, religieux et racial, de discriminations relatives au handicap, d'agressions et de séquestration, entre autres choses", a indiqué leur cabinet d'avocats dans le communiqué relayé par l'AFP. Toutes ces accusations n'ont pas été expliquées, mais de nombreux éléments de la plainte ont été détaillés dans la presse américaine.

Les éléments les plus relayés portent sur une soirée dans un club de strip-tease appelé le Bananenbar, lors du passage de la tournée à Amsterdam.

"Lizzo a commencé à encourager les membres de sa troupe à toucher les artistes nues les uns après les autres, à attraper des vibromasseurs lancés depuis les vagins des artistes et à manger des bananes sortant de leurs vagins", décrit la plainte, relayée par Variety.

Lizzo aurait par ailleurs fait pression sur Arianna Davis pour qu'elle touche le sein nu d'une strip-teaseuse, bien que la jeune femme ait exprimé qu'elle n'en avait pas envie. En outre, Lizzo aurait invité les membres de son équipe dans ce bar sans les avertir sur la nature de l'endroit.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Arianna Davis accuse par ailleurs Lizzo d'avoir voulu la culpabiliser sur ses changements de silhouette. La chanteuse l'aurait interrogée au sujet de "son investissement sur la tournée", ce que la plainte qualifie d'inquiétudes "à peine masquées" concernant sa prise de poids: "Mme Davis a eu l'impression qu'elle devait expliquer cette prise de poids et partager des détails intimes sur sa vie personnelle afin de garder son emploi."

Finalement, Arianna Davis déclare avoir été renvoyée après avoir enregistré une réunion. Crystal Williams, quant à elle, a indiqué à CBS avoir été remerciée quelques jours après s'être opposée à Lizzo lors d'une autre réunion:

"Lizzo nous a accusées de boire avant les spectacles", raconte-t-elle dans cette interview. "J'ai demandé à parler et je lui ai dit que ça n'avait jamais été le cas (...) Quelques jours plus tard, je me faisais licencier dans le hall d'un hôtel."

Noelle Rodriguez rapporte que Lizzo aurait "à plusieurs reprises" utilisé la menace du licenciement comme tactique d'intimidation, et qu'elle aurait assuré à sa troupe avoir "des yeux et des oreilles partout". La danseuse déclare avoir démissionné peu de temps après le renvoi de ses consoeurs, en raison de l'environnement hostile de la tournée.

• Le profil trouble de la cheffe des danseuses

La plainte vise Lizzo, sa société de production Big Grrrl Big Touring, Inc. (BGBT) et Shirlene Quigley, directrice de la troupe de danseuses. Les plaignantes accusent cette dernière de prosélytisme:

"Elle s'était fait une mission de prêcher" le christianisme, peut-on lire dans un extrait de plainte relayé par Time Magazine. "Elle saisissait toutes les opportunités (...) malgré les protestations."

D'après Complex, elle leur aurait fait part de détails explicites de sa vie intime avec son mari. Elle aurait également rendu public des détails personnels de la vie d'Arianna Davis: "Mme Quigley a découvert de Mme Davis était vierge, et cette virginité est devenue un sujet d'une extrême importance pour Mme Quigley. Dans les mois qui ont suivi, elle l'a régulièrement évoquée (...) et l'a même mentionnée dans des interviews auxquelles elle participait (...)."

Shirlene Quigley n'a pas directement réagi à ces accusations. Mais à l'annonce de ce dépôt de plainte, elle a publié une vidéo au contenu pieux:

"Je voulais juste vous dire que Dieu vous aime (...) Gloire à Dieu (...) J'ai passé un super moment en tournée, avec des gens géniaux."

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

• Des récits similaires ont afflué

Depuis leur témoignage, d'autres anciennes collaboratrices de Lizzo ont pris la parole. La documentariste nommée aux Oscars Sophia Nahli Allison a révélé avoir brièvement voyagé avec la chanteuse de 35 ans en 2019 pour réaliser son documentaire.

"Je suis partie au bout de deux semaines. Elle m'a traitée avec un tel manque de respect", a-t-elle notamment dénoncé sur les réseaux sociaux.

Le long-métrage, intitulé Love, Lizzo et sorti en 2022 sur la plateforme américaine HBO Max, a finalement été réalisé par Doug Pray.

Courtney Hollinquest, une autre ancienne danseuse, a apporté son soutien à ses consoeurs sur Instagram, comme le rapporte Vanity Fair. Quinn Whitney Wilson, ancienne directrice artistique de Lizzo, a pris la parole à son tour: "Il y a une raison pour laquelle j'ai quitté ce milieu, il y a environ trois ans", a-t-elle écrit sur Instagram, comme le rapporte Page Six. "Je salue le courage des danseuses qui ont mis cela au jour."

• Lizzo conteste

Après plusieurs jours de silence, Lizzo s'est fendue vendredi d'un communiqué qu'elle a publié sur Instagram pour nier toutes les accusations.

"Je n'ai pas l'habitude de répondre aux fausses accusations, mais celles-ci sont aussi incroyables qu'elles en ont l'air et trop graves pour ne pas être évoquées", a écrit la chanteuse, dénonçant des "histoires sensationnalistes".

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

D'après Forbes, elle a fait appel aux services de l'avocat Marty Singer, une star du barreau américain qui compte parmi ses clients Kim Kardashian, John Travolta, Arnold Schwarzenegger ou encore Bill Cosby.

Révélée au grand public en 2019 avec son troisième album, Cuz I Love You, Lizzo est devenue l'une des figures du mouvement body-positive, qui prône l'amour et l'acceptation de soi quelle que soit l'apparence. "En coulisses, Lizzo contredit tout ce qu'elle défend", dénonce Crystal Williams auprès de CBS.

Article original publié sur BFMTV.com