La "loi Wenger" pour les hors-jeu déjà en phase de test, petite révolution en vue pour le football

C'est une petite révolution qui a déjà fait ses premiers pas dans le monde du ballon rond. Dans les tuyaux depuis l'année dernière et portée par Arsène Wenger depuis 2020, une importante modification de la règle du hors-jeu pourrait voir le jour dans un futur proche.

L’ancien entraîneur d’Arsenal, aujourd’hui directeur du Développement du football mondial à la FIFA où il planche sur l’émergence de nouvelles règles censées favoriser la fluidité du jeu, réfléchit à une règle favorisant le jeu offensif. Et, théoriquement, davantage de buts par match. Mais de quoi parle-t-on ici?

L'idée est de permettre à l’attaquant d’être devant le défenseur, à condition de garder une partie de son corps en contact avec son vis-à-vis pour jouer le ballon. Un joueur dont une partie du corps, même infime, serait couverte, pourrait filer au but et marquer, sa position serait jugée licite.

Une application pas avant l'année prochaine

Celle-ci est déjà testée depuis quatre mois dans des tournois de jeunes en Italie et en Suède, afin de savoir à condition réelle si cette modification est compatible avec le football. Mais son application, si le test est concluant, sera au moins conditionnée à un passage devant l'assemblée de l'IFAB, l'instance qui régit les lois du jeu. La prochaine doit se tenir en février 2025, où seront mises sur la table des possibilités de révolution du foot telles que le carton bleu ou cette modification du hors-jeu.

"Je voudrais qu'il n'y ait pas hors-jeu aussi longtemps qu'une partie de votre corps avec laquelle vous pouvez marquer est sur la même ligne que le défenseur", avait défendu Wenger en ces termes il y a quatre ans.

Article original publié sur RMC Sport