Loi Climat : les voitures émettant plus de 123 g/km de CO2 interdites dès 2030

·1 min de lecture

Une toute nouvelle Citroën C4 essence de 100 ch ne passerait pas. Un Renault Captur milieu de gamme ou un Peugeot 2008 non plus. Dans le cadre de la "loi Climat", l'Assemblée nationale vient de voter un nouveau volet restrictif serré, qui vise à interdire à la vente toute voiture émettant plus de 123 g/km de CO2 dès 2030.

Dans la pratique, il ne s'agira probablement pas d'une interdiction pure et simple (l'Union Européenne ne le permettrait pas), mais le texte prévoit que "l'action des pouvoirs publics tend[e] à ce que, d'ici le 1er janvier 2030, les voitures particulières émettant moins de 95 gCO2/km selon la norme NEDC ou moins de 123 gCO2/km selon la norme WLTP représentent au minimum 95 % des ventes de voitures particulières neuves" (article 25-III du projet de loi Climat et résilience). Le texte ne précise pas encore les modalités de cet objectif, ou de quoi seront composés les 5 % restant.

Des objectifs CO2 inatteignables en Europe

En bref, un palier restrictif sera mis en place, et ce 10 grammes au-dessous du plancher actuel du malus écologique (133 g/km de CO2). On imagine qu'un constructeur devra obtenir une dérogation pour vendre au-delà de cette limite, ou que les véhicules polluants plus devront être soumis à un différent cadre législatif. Notons également que cet article ne concerne pas les véhicules utilitaires, mais que la loi Climat a déjà prévu l'interdiction des poids lourds thermiques d'ici à 2040.

De son côté l'Union Européenne (...)

Lire la suite sur Auto Plus

Citroën C1 (2021) : une version "Millenium" en guise d'adieu
Voitures électriques : bientôt la fin des recharges gratuites
Nouveau Jeep Compass (2021) : un restylage plus profond qu'il n'y paraît
Aston Martin Lagonda Taraf : un exemplaire avec seulement 150 km est à vendre
Peugeot : de la 301 à la 308 III, retour en images sur l'histoire des berlines compactes du Lion !
Skoda : une compacte électrique et des variantes d'entrée de gamme à venir