Publicité

Lizzo à nouveau accusée de harcèlement moral et sexuel par l'une de ses anciennes collaboratrices

Nouveaux rebondissements dans l'affaire de harcèlement visant Lizzo. La créatrice de mode Asha Daniels et ancienne collaboratrice de la chanteuse américaine a déposé plainte à son encontre devant la cour supérieure de Los Angeles pour harcèlement moral et sexuel.

Selon ces avocats, cités par The Hollywood Reporter, cette styliste de 35 ans qui créait des vêtements pour les danseurs de la tournée de Lizzo a dénoncé une "atmosphère de travail dangereuse à connotation sexuelle" et a également porté plainte contre une partie de l'équipe de la star, dont la costumière Amanda Nomura.

"Il y avait une discussion de groupe en ligne avec plus de 30 personnes issues de l'équipe de tournée de Lizzo. Dans cette conversation, un participant a envoyé une photo d'organes génitaux masculins", rapporte Asha Daniels dans sa plainte.

Lors du passage de la tournée de Lizzo à Amsterdam, la styliste affirme également avoir entendu Amanda Nomura et d'autres membres de l'équipe "discuter de l'embauche de travailleurs du sexe, de participation à des show sexuels et de l'achat de drogues dures".

"Histoires sensationnalistes"

Ces allégations font suite à une plainte déposée début août par trois anciennes danseuses de Lizzo, . Dans celle-ci, les plaignantes - Arianna Davis, 24 ans, Crystal Williams, 26 ans, et Noelle Rodriguez, 25 ans - accusent la chanteuse de "harcèlement sexuel, religieux et racial, de discriminations relatives au handicap, d'agressions et de séquestration, entre autres choses", selon leur cabinet d'avocats.

Depuis ces témoignages, d'autres anciennes collaboratrices de Lizzo ont pris la parole pour dénoncer certains comportements déplacés de la chanteuse à l'instar de la documentariste nommée aux Oscars Sophia Nahli Allison ou Courtney Hollinquest, une autre ancienne danseuse et Quinn Whitney Wilson, ancienne directrice artistique de Lizzo qui ont apporté leur soutien aux trois plaignantes.

En août, Lizzo s'est défendue dans un communiqué publié sur Instagram, dans lequel elle a dénoncé de "fausses accusations" et des "histoires sensationnalistes", portées par des employées au "comportement inapproprié et peu professionnel". Dans la foulée, sa troupe de danseurs lui a également apporté son soutien sur Instagram.

"Je n'ai pas l'habitude de répondre aux fausses accusations, mais celles-ci sont aussi incroyables qu'elles en ont l'air et trop graves pour ne pas être évoquées", avait-elle écrit.

Révélée au grand public en 2019 avec son troisième album, Cuz I Love You, Lizzo est devenue l'une des figures du mouvement body-positive, qui prône l'amour et l'acceptation de soi quelle que soit l'apparence.

Article original publié sur BFMTV.com