Publicité

Des livres empoisonnés ? Des milliers d'ouvrages retirés des bibliothèques en Allemagne

Imaginez plonger dans un livre ancien au fin fond d'une bibliothèque poussiéreuse. Cet ouvrage, aux pages étonnamment vertes, vous a intrigué. Vous mouillez ses fines pages d'un peu de salive pour les tourner. Vous remettez le doigt à la bouche, pour connaître la suite de l'histoire, et là, c'est le drame. Ce n'est pas le colonel Moutarde avec un chandelier, comme c'est souvent le cas dans le fameux Cluedo. L'auteur du crime n'est autre que le livre lui-même, et ses pages empoisonnées !

On schématise un peu trop, mais le problème est bien le même. En Allemagne, des milliers d'ouvrages pourraient comporter un véritable poison. Ses noms de code : Vert de Paris ou Vert de Schweinfurt. C'est un colorant qui a été utilisé au XIXe siècle dans l'imprimerie allemande, pour relier des ouvrages dont la couverture et la tranche sont reconnaissables par leur couleur vert émeraude. Sauf que ce vert contient de l'arsenic, mélangé à d'autres produits, ce qui donne de l'acéto-arsénite de cuivre, à une dose potentiellement toxique pour les lecteurs. Le même produit était utilisé à l'époque dans les égouts de Paris pour tuer les rats, remarque une consœur de Geo.

Évidemment, ce produit n'est plus utilisé de nos jours, après avoir un temps servi à également colorer des vêtements ou des papiers peints. Et tous les livres verts anciens ne contiennent pas nécessairement de l'arsenic. Mais pour être certaine que sa collection ne menace pas la santé de ses étudiants, la bibliothèque universitaire de Düsseldorf (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La langue des signes est-elle universelle ?
Pourquoi la France lance-t-elle ses fusées Ariane depuis Kourou en Guyane ?
Comment connecter une imprimante en Wi-Fi ?
Cette ville française va devenir "capitale du temps" en 2024
La Russie est-elle en Europe ou en Asie ?