Publicité

Le livre que doit lire tout candidat à un poste d’agent à la DGSE

Stand de la DGSE au salon Vivatec, porte de Versailles, à Paris en 2022.  - Credit:Jacques Witt/SIPA / SIPA / Jacques Witt/SIPA
Stand de la DGSE au salon Vivatec, porte de Versailles, à Paris en 2022. - Credit:Jacques Witt/SIPA / SIPA / Jacques Witt/SIPA

Vous rêviez de prendre un café avec Anne, officier contre-prolifération à la cafét' de la caserne Mortier, le siège des services français ? Ou bien d'avoir une longue discussion avec Nicolas, chef de poste de la DGSE dans un pays ennemi ? De l'entendre raconter comment il échappe à la surveillance des espions rivaux ? Ou comment on lui a appris à recruter une source ? C'est un drôle d'ouvrage que vient de publier Jean-Christophe Notin chez Tallandier. Sa Fabrique des agents secrets est un recueil d'interviews — autorisées — avec quelques-uns des titulaires de l'un des 230 métiers que compte la DGSE.

Dans son ouvrage, aucune révélation. Aucun fait d'armes. Pas de coups tordus. Mais simplement le récit en détail des fiches de poste ou des lettres de mission de ceux qui ont choisi de travailler dans l'ombre pour le drapeau tricolore. Notin tente d'en savoir plus sur l'art de devenir un espion à la française. On y apprend que pour recruter une bonne source, il faut de l'empathie, ou bien que les espions français ne recrutent pas à l'aide de krompromats comme leurs collègues russes, mais offrent plutôt des visas ou des soins médicaux à ceux qui acceptent de se livrer, ce qui crée des relations plus saines avec celui qui trahit son pays ou l'organisation terroriste qui intéresse la France. On découvre aussi qu'une vaste base de données permet de détecter les liens de tel ou tel avec telle organisation plus ou moins amicale. Mais que la nouvelle recrue n'y a pas [...] Lire la suite