L'Italie met son veto au rachat d'une entreprise de semi-conducteurs par une société chinoise

par Giuseppe Fonte
·1 min de lecture
L'ITALIE MET SON VETO AU RACHAT D'UNE ENTREPRISE DE SEMI-CONDUCTEURS PAR UNE SOCIÉTÉ CHINOISE

par Giuseppe Fonte

ROME (Reuters) - L'Italie a empêché le chinois Shenzhen Investment Holdings de prendre une participation majoritaire au capital d'un fabricant milanais d'équipements pour semi-conducteurs, a-t-on appris auprès de deux responsables italiens.

Ces derniers ont déclaré à Reuters que, lors d'une réunion le 31 mars, le gouvernement italien avait décidé de recourir à ses prérogatives spéciales pour empêcher le groupe chinois d'acquérir une participation de 70% dans LPE, qui fabrique des composants pour l'industrie des semi-conducteurs.

Le président du Conseil, Mario Draghi, a déclaré jeudi soir à la presse: "Il y a eu un cas récemment sur lequel le gouvernement s'est penché (...) une entreprise italienne de semi-conducteurs qui devait être acquise par une entreprise chinoise. Ça a été bloqué."

Mario Draghi n'a pas précisé le nom des entreprises concernées.

"La pénurie de semi-conducteurs a contraint de nombreux constructeurs automobiles à ralentir leur production l’année dernière. C'est un secteur jugé d'importance stratégique", a-t-il déclaré.

Le gouvernement a informé les deux entreprises de sa décision cette semaine, a dit l'une des sources, ajoutant que Shenzhen Investment Holdings était affilié à l'Etat chinois.

LPE et Shenzhen Investment Holdings n'étaient pas immédiatement disponibles pour un commentaire.

(Version francaise Lucinda Langlands-Perry)