Publicité

L'Italie affecte plus de deux milliards d'euros aux zones touchées par de graves inondations

Il est encore trop tôt pour chiffrer l'impact financier des récentes inondations qui ont frappé le centre de l'Italie, même si les dégâts sont clairement visibles partout.

Ce mardi, le gouvernement italien a adopté une aide de 2 milliards d'euros pour aider les entreprises et les familles touchées la catastrophe.

Dans cette région, surnommée la "vallée des fruits", des milliers d'hectares de plantations ont été endommagées. La production de fruits et de légumes est fortement affectée.

Danilo Verlicchi, directeur de Confagricoltura Ravenne, explique : "si le soutien financier n'est pas envoyé immédiatement, les entreprises ne pourront pas rouvrir. Nous ne voulons pas répéter ce qui s'est passé dans d'autres régions où, un an après la catastrophe, les entreprises attendent toujours l'arrivée de fonds."

L'eau a submergé toute la zone. L'Émilie-Romagne est l'une des régions les plus riches d'Italie et ces inondations ont soulevé des questions sur l'utilisation des fonds alloués pour lutter contre l'instabilité hydrologique. La majorité d'entre eux n'a jamais été utilisée.

Dans les villes touchées, la vie revient lentement à la normale. Bien que les fortes pluies se soient arrêtées depuis quelques jours, le niveau d'eau est toujours élevé. Cette ville de 2 000 habitants près de Ravenne a été complètement évacuée.

Les sapeurs-pompiers transportent quotidiennement les riverains . Certains retournent chez eux pour la première fois depuis les intempéries.

"C'est la première fois que je peux entrer chez moi depuis jeudi dernier. Je voulais emporter avec moi ce que je pouvais. nous devons rester positifs. Nous avons pu sauver nos vies ! C'est la chose la plus importante" explique un habitant.

Beaucoup ici espèrent que le pire est désormais derrière eux. Mais l'avenir les inquiète tout autant.

"J'ai tout perdu. J'habite ici depuis 20 ans et je dois encore finir de payer l'hypothèque. Qui va payer pour ça ? Je ne sais pas..." se désespère un riverain.

Habitants et entrepreneurs assurent qu'ils sont satisfaits de la réponse du gouvernement. A présent, ils attendent les aides promises avec impatience.