L'Irak refuse le déploiement d'une nouvelle unité de l'US Army

L'Irak n'a en aucune manière réclamé le déploiement sur son territoire de forces terrestres étrangères et un tel déploiement serait considéré comme "un acte d'agression", dit le Premier ministre irakien, Haïdar al Abadi. Les Etats-Unis ont fait savoir cette semaine qu'une nouvelle unité des forces spéciales américaines serait déployée en Irak pour assister l'armée irakienne dans sa lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique. /Photo prise le 14 avril 2015/REUTERS/Jonathan Ernst (Reuters)

BAGDAD (Reuters) - L'Irak n'a en aucune manière réclamé le déploiement sur son territoire de forces terrestres étrangères et un tel déploiement serait considéré comme "un acte d'agression", dit jeudi sur sa page Facebook le Premier ministre irakien, Haïdar al Abadi. Les Etats-Unis ont fait savoir cette semaine qu'une nouvelle unité des forces spéciales américaines serait déployée en Irak pour assister l'armée irakienne dans sa lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique (EI). Dès mardi, Haïdar al Abadi avait déclaré que l'Irak n'avait pas besoin de forces terrestres étrangères, ajoutant que tout déploiement de troupes étrangères nécessitait l'approbation de son gouvernement et ne devait pas empiéter sur la souveraineté nationale irakienne. Environ 3.500 soldats américains conseillent et assistent actuellement l'armée irakienne. En octobre dernier, un membre des forces spéciales américaines a trouvé la mort durant une opération menée en coordination avec les combattants kurdes pour secourir des otages détenus par l'EI dans la ville de Haouidja. L'unité dont le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a annoncé l'envoi sera distincte du groupe d'une cinquantaine de membres des forces spéciales américaines que Washington a envoyé en Syrie pour coordonner l'action au sol des rebelles soutenus par les Etats-Unis. Selon l'armée américaine, cette nouvelle unité devrait compter une centaine d'hommes. (Saif Hameed, Guy Kerivel pour le service français)