Publicité

L'invasion des voitures électriques chinoises en Europe, ce n'est pas pour tout de suite

Le Salon de Genève a ouvert ses portes cette semaine, et même si le nombre de constructeurs présents est somme toute assez relatif, il a permis de jauger un peu les dernières tendances à venir en Europe. Parmi les grands noms de l'industrie, BYD et MG se tenaient face au colossal stand de Renault, démontrant ainsi la montée en puissance des constructeurs chinois sur le marché européen.

Après les Japonais et les Coréens, plusieurs géants de l'automobile chinois ont pris d'assaut le marché européen il y a quelques années. Bénéficiant d'une longueur d'avance dans la conception de véhicules électriques et de conditions de production économiques, ils ont pu proposer des prix défiant toute concurrence. Cette stratégie a cependant attiré l'attention des autorités européennes, la Commission ayant ouvert une enquête sur des subventions présumées illégales de Pékin à ses constructeurs.

Une invasion ? Quelle invasion ?

Malgré leurs efforts, les constructeurs chinois n'ont réussi qu'à conquérir, pour l'instant, que 6 % du marché européen de voitures électriques en 2023, selon les chiffres de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). "Ils arrivent mais pas aussi vite que le décrivent les journaux", explique Cigdem Cerit, analyste à l'agence Fitch. La concurrence demeure féroce, avec des acteurs établis comme Tesla, leader mondial des ventes en 2023 avec son Model Y. Les modèles tels que la MG4 ou le SUV BYD Atto 3 peinent à rivaliser avec la renommée et l'image de marque des géants établis.
Cependant, les...Lire la suite sur Autoplus