Publicité

L'injection de la protéine Klotho a amélioré la mémoire de singes âgés

L’injection d’une protéine hormonale découverte en 1997 a amélioré la mémoire de macaques âgés, ouvrant des perspectives de traitements contre les troubles cognitifs chez l'humain.

Une seule injection de Klotho, l’hormone anti-vieillissement, à des macaques âgés améliore nettement leur mémoire spatiale montre une étude publiée dans la revue Nature Aging par des chercheurs américains et australiens. La dose injectée dans la peau induisait une concentration physiologique de Klotho, et son effet, sensible au bout de 4 heures, a perduré pendant au moins deux semaines chez les singes des deux sexes. Un seul type de mémoire a été testé, celle qui permet par exemple de retrouver sa voiture dans un grand parking.

Une hormone anti-vieillissement

Découverte fortuitement chez la souris en 1997, Klotho est une enzyme aux multiples fonctions dans l’organisme et dont la concentration sanguine décroît avec l’âge. Les souris génétiquement dépourvues de Klotho se développent normalement puis présentent un vieillissement accéléré de l’organisme marqué par une marche réduite et anormale, une atrophie des organes génitaux, des scléroses des vaisseaux, un amincissement de la peau, une ostéoporose et un décès prématuré. Quand, au contraire, une production plus élevée de Klotho est induite chez des souris, celles-ci ont de meilleures capacités cognitives, moins de troubles vasculaires liés à l’âge et une longévité accrue.

Une piste contre Alzheimer ?

Chez l’être humain, les taux sanguins de Klotho plus élevés se retrouvent souvent chez les nonagénaires en bonne forme physique et les personnes avec de meilleures capacités cognitives à un âge donné, tandis que des taux plus faibles sont plus fréquents chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Lire aussiScruter l'œil pour prédire le risque de développer Alzheimer

Les bons résultats produits par cette première expérience d’injection de Klotho chez des primates confirment ceux déjà obtenus chez la souris et la possibilité d’essais cliniques de Klotho pour traiter les problèmes cognitifs, voir plus généralement de santé, dus à l’âge.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi