Line Renaud gaffe sur le futur "programme du président" Macron

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Line Renaud en janvier 2020. (Photo: POOL New via Reuters)
Line Renaud en janvier 2020. (Photo: POOL New via Reuters)

POLITIQUE - Emmanuel Macron, sera-t-il candidat à sa réélection? Le chef de l’État n’a pas encore annoncé sa décision (même si elle fait peu de doute), alors Line Renaud l’a fait à sa place vendredi 19 novembre sur le plateau de C à vous sur France 5.

Interrogée sur l’une des grandes causes qui l’animent, le droit de mourir dans la dignité, l’actrice de 93 ans a rappelé: “Ma mère demande à partir et je ne pouvais rien faire. Puis c’était Loulou (Gasté de son nom de famille, son mari, Ndlr). (...) Mais d’ailleurs, c’est dans le prochain...” Elle s’arrête. L’animatrice Anne-Élisabeth Lemoine et les chroniqueurs autour de la table tente de deviner la fin de sa phrase.

Line Renaud rit, gênée. “Il ne faut pas le dire peut-être”, dit-elle, avant d’être pressée par les journalistes qui ne s’attendent pas à ce qu’elle réponde finalement: “C’est dans le programme du président, voilà.”

Les exclamations fusent autour de la table: “C’est un scoop!” En effet, si différents mouvements soutiennent le chef de l’État, lui n’a toujours pas annoncé officiellement sa candidature. “Il vous a dit que ça serait au programme de débattre autour de la question de la mort dans la dignité”, répète la présentatrice. Line Renaud acquiesce: “Quand c’est l’heure, c’est l’heure.”

En France, la fin de vie des personnes malades est encadrée par la loi Claeys-Leonetti de 2016, qui autorise la “sédation profonde et continue jusqu’au décès” pour des personnes dont le pronostic vital est engagé ”à court terme”. Durant la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron n’avait pas pris d’engagement au sujet de l’euthanasie, en appelant “d’abord à faire pleinement appliquer la loi Claeys-Leonetti”. “Moi, je souhaite choisir ma fin de vie”, avait-il toutefois glissé.

À voir également sur Le HuffPost: Line Renaud exhorte l’Assemblée nationale à voter un texte sur la fin de vie

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles