Publicité

Ligue Europa: l'OM qualifié pour les quarts après une immense frayeur à Villarreal

C’est le premier gros accroc de l’ère Jean-Louis Gasset. Mais le pire a été évité. Une semaine après avoir infligé un 4-0 à Villarreal au Vélodrome, l’OM s’est fait très, très peur ce jeudi au stade de la Céramique, en huitième de finale retour de la Ligue Europa. Alors qu’ils restaient sur une série de cinq victoires depuis l’arrivée de leur nouvel entraîneur, les coéquipiers de Jordan Veretout ont été battus 3-1.

>> Abonnez-vous à RMC Sport pour regarder la Ligue Europa

Une gifle qui ne souffre d’aucune contestation mais qui ne met pas fin à leur aventure européenne. Malgré cette terrible frayeur, ils seront bien au rendez-vous des quarts de finale et connaîtront leur futur adversaire ce vendredi à l’issue du tirage au sort (à suivre à 13h sur RMC Sport). Mais cette défaite vient rappeler que cet OM est encore loin d'être totalement guéri.

Marseille a pris l'eau

"Oui, on sait qu’on est en avance mais ça n’est pas encore fini. Pour que la tendance s'inverse, eux doivent faire un match parfait et nous un match catastrophique." Malgré l’avance très confortable acquise à l’aller, Jean-Louis Gasset avait martelé ces derniers jours un discours plutôt prudent, appelant ses joueurs à être méfiants. Par respect vis-à-vis de Villarreal et parce que le football français sait trop bien que l’irrationnel se tient toujours prêt à enflammer une soirée européenne. Alors pour éviter toute catastrophe, Gasset s'est résolu à ne pas trop faire tourner, tout en laissant Pierre-Emerick Aubameyang sur le banc. Avant le coup d'envoi, le coach marseillais avait aussi insisté sur l’importance des premières minutes et il ne s’était pas trompé.

Car Villarreal a imposé d’entrée un pressing étouffant à des visiteurs dépassés dans les duels et incapables de répondre à cette intensité, à l’image d’un Jonathan Clauss en souffrance dans son couloir droit. Il a d’abord fallu un sauvetage de Chancel Mbemba pour empêcher Alexander Sorloth d’ouvrir le score après un raté de Leonardo Balerdi (9e), puis un Pau Lopez vigilant sur des tentatives de Gonçalo Guedes (14e) et Sorloth (17e). Mais à force de reculer, l’OM a logiquement fini par craquer sur une tête d’Etienne Capoue (32e), récompensé de ses efforts. Epatant au milieu du haut de ses 35 ans, l’ancien Toulousain a été le symbole de ce sous-marin jaune revigoré, et il est passé tout proche du doublé dans la foulée sur une demi-volée du gauche (34e).

Villarreal y a cru jusqu'au bout

Conscient du danger, Gasset a revu ses plans dès la pause en changeant son duo d’attaque. Exit Iliman Ndiaye et Ismaïla Sarr, place à Aubameyang et Amine Harit. Un choix qui aurait pu être tout de suite payant. Servi par le Marocain, le Gabonais a eu la balle d’égalisation, mais il s’est loupé sur son geste (48e). Et, six minutes plus tard, la peur s’est installée un peu plus dans les rangs marseillais. Trouvé par Guedes, Sorloth a fusillé Lopez pour le 2-0, un but accordé par le VAR au bout d’un long suspense (54e). Encore une fois abandonné par sa défense, le portier espagnol a dû s'employer pour détourner une tête à bout portant de Gerard Moreno, avant de souffler un grand coup en voyant le ballon filer au-dessus de sa barre sur une mine de Guedes (73e).

Une très courte respiration. Entré en début de seconde période à la place d'Eric Bailly, blessé, Yerson Mosquera s'est chargé d'enflammer un peu plus le stade en plaçant une tête décroisée imparable pour le 3-0 (86e). Il ne manquait alors qu'un but au 11e de Liga pour arracher la prolongation. Mais Marseille a au moins eu le mérite de ne pas totalement couler, bien aidé par son gardien, décisif sur un tir José Luis Morales (90e+3). Et puis Clauss a soulagé son équipe en marquant au bout du suspense (90e+5). L'OM disputera bien les quarts de finale de la Ligue Europa les 11 et 18 avril. Mais que ce fut compliqué...

Article original publié sur RMC Sport