Publicité

Ligue des champions: l'Inter remporte la manche aller contre l'Atlético et prend une option sur les quarts

L'Inter Milan a fait la moitié du chemin. Largement en tête de Serie A mais deuxième de son groupe de Ligue des champions à la fin de l'automne, derrière la Real Sociedad, le finaliste malheureux de la dernière édition a dominé l'Atlético de Madrid ce mardi en huitième de finale aller de Ligue des champions (1-0). Grâce à un but de Marko Arnautovic (79e), les Nerazzurri sont en ballottage favorable avant le match retour à Madrid dans trois semaines.

>> Revivez Inter-Atlético

>> Abonnez-vous à RMC Sport pour regarder le meilleur de la Coupe d'Europe

Ce duel d’ambitieux au petit accent français (Antoine Griezmann, Marcus Thuram et Benjamin Pavard étaient titulaires au coup d’envoi) s’est rapidement transformé en gros combat tactique. Entre ces deux formations qui cumulent trois finales de C1 sur les dix dernières années (l’Atlético en 2014 et 2016, l’Inter en 2023), il a fallu attendre la 37e minute pour voir la première tentative cadrée, une tête de Lautaro Martinez facilement captée par Jan Oblak.

Avant, deux frissons ont parcouru les travées du stade Giuseppe-Meazza. À la 12e, une frappe enroulée de Lino laisse Yann Sommer sur place mais passe à environ un mètre du poteau. Dans la foulée, à la suite d’une reprise déviée par l’un de ses coéquipiers, Molina touche le ballon de la main dans la surface de réparation madrilène. Les Interistes réclament un pénalty mais M. Kovacs ne bronche pas (13e).

Inquiétude pour Thuram et Griezmann

Légèrement dominateurs face à des Colcheronos battus à deux reprises sur leurs trois derniers matchs (Bilbao le 7 février en Coupe du Roi puis Séville le 11 février en championnat), les hommes de Simone Inzaghi ont dû se passer de Marcus Thuram dès le retour des vestiaires. Touché à l'adducteur après une frappe sèche à l’entrée de la surface juste avant la pause, l’international français a cédé sa place à Marko Arnautovic.

En fin de match, juste après son remplacement par Angel Correa à la 78e, Griezmann est également apparu touché sur le banc madrilène. L'attaquant tricolore se plaignait de la cheville droite, apparue glacée dans les minutes qui ont suivi. Aucune information n’a été communiquée sur la gravité des blessures de Thuram et Griezmann, alors qu’un rassemblement des Bleus est prévu dans environ un mois à l’occasion de deux matchs amicaux contre l'Allemagne (23 mars) et le Chili (26 mars).

Suppléant de Thuram sur le front de l’attaque italienne, Arnautovic s’est rapidement illustré en début de seconde période. Trouvé sur un centre parfaitement enroulé de Dimarco, l’Autrichien se jette à l’entrée des six mètres mais le ballon s’envole dans le ciel milanais (48e). L'ancien attaquant du Werder Brême a une nouvelle opportunité de délivrer les siens un quart d'heure plus tard. À bout portant après un joli une-deux dans la surface avec Martinez, il manque toutefois son face à face avec Oblak (63e).

L'Atlético en mode "vintage"

Arnautovic va finalement être récompensé de tous ses efforts à la 79e minute. Alors qu'Oblak remporte son face à face avec Lautaro, l'Autrichien a parfaitement suivi et peut marquer dans un but (presque) vide, et ce malgré le retour en catastrophe d'un défenseur.

Alors que Diego Simeone a opéré un léger changement de philosophie depuis quelques mois, avec une équipe plus offensive et davantage portée sur la possession, les Madrilènes ont de leur côté été fidèles à ce qui a fait la grandeur de cette équipe depuis plus d'une décennie. En plus de 90 minutes, ils n'ont cadré aucune tentative (six tirs au total). Soucieux de préserver le résultat avant la seconde manche entre les deux équipes, le mercredi 13 mars (21h) dans la capitale espagnole, les Colchoneros se sont appliqués à bien défendre pour tenter de piquer leurs adversaires en contre. Une stratégie payante... jusqu'à la 79e minute.

Article original publié sur RMC Sport