Publicité

Ligue des champions féminine: la belle campagne de communication des joueuses du Paris FC pour le match décisif face à Chelsea

Gaëtane Thiney qui colle des affiches dans les rues de Paris, Théa Greboval qui joue du saxophone sur les quais du métro ou encore Daphné Corboz en pleine lecture un billet de match à la main… Les joueuses du Paris FC se sont démenées pour faire la promotion d’un match qui pourrait les faire entrer dans l’histoire. Ce mardi à 18h45, les Parisiennes accueillent Chelsea, septuple championne d’Angleterre, pour jouer leur place en quart de finale de la Ligue des champions féminine. Un stade jamais atteint dans l’histoire du club depuis la fusion en 2017 (Juvisy avait atteint le dernier carré en 2013).

Pour ce rendez-vous aussi prestigieux que décisif, les protégées de Sandrine Soubeyrand, sous l’impulsion de leur capitaine Gaëtane Thiney, ont tourné une série de clips pour faire la promotion de la rencontre contre les demi-finalistes de la dernière édition. Collages d’affiches dans le XVIe arrondissement, banderole sur le pont de l’Alma ou encore chanson improvisée sur les quais de l’arrêt de métro Bonne Nouvelle, les Parisiennes ont fait preuve d’originalité pour remplir le stade Charléty.

Le record sera battu ce mardi soir

Un investissement qui porte ses fruits puisque le record de 10.693 spectateurs contre le Real Madrid (2-1 le 14 décembre dernier) sera battu ce mardi soir. À quelques heures de ce rendez-vous, des places sont encore disponibles sur le site de la billetterie du club (entre 4 et 12 euros).

Actuellement troisième de son groupe, le Paris FC n’a pas son destin entre ses mains. Pour espérer rejoindre les quarts de finale, les Parisiennes doivent battre Chelsea, tout en espérant que Häcken ne gagne pas sur la pelouse du Real Madrid, déjà éliminé. Un match nul du PFC combiné à une défaite des Suédoises en Espagne ne suffirait pas car les Scandinaves mènent au jeu des confrontations directes (victoire 2-1 à Paris, match nul 0-0 en Suède).

Coup de pouce du destin? Les Londoniennes, déjà assurées de la première place du groupe, débarquent dans la capitale avec une pléiade de forfaits, entre les blessures (Kerr, Macario, Bright, Nouwen), les suspendues (Bjorn, Ramirez) et les absentes (Berger). Adversaire amoindri ou non, les Parisiennes sont prêtes à tout pour se qualifier pour les quarts de finale. Car la réalisation d’un quatrième clip est déjà dans les cartons.

Article original publié sur RMC Sport